A l'occasion de la sortie du livre "Islams politiques", une synthèse sur les principaux courants qui font l'actualité, décryptage des mots de l'islam.

Le cheikh Muhammad Tahir-ul-Quadri a prononcé une fatwa dans laquelle il condamne les attentats-suicide.
Le cheikh Muhammad Tahir-ul-Quadri a prononcé une fatwa dans laquelle il condamne les attentats-suicide. © Maxppp / Felipe Trueba

Traditionnellement, ce sont les muftis, qui sont des spécialistes de la "loi" religieuse, qui prononcent les fatwas qui sont des avis religieux consultatifs.

Au Moyen Age, par exemple, c'est un homme versé dans les sciences religieuses et qui dans son village rend ces avis religieux qui sont consultatifs. On va le voir pour lui poser une question de pratique religieuse et lui, donne son avis.

La fatwa n'est jamais contraignante c'est à dire que l'islam sunnite est en ce sens très « démocratique ». On va consulter le mufti que l'on choisit d'écouter et les muftis peuvent émettre des fatwas différentes sur les mêmes questions en fonction de l'école dont ils sont issus.

La fatwa, ce n'est donc pas une mise à mort comme on le pense en généralisant à partir de la fatwa de Khomeini contre Salman Rushdie. Mais Khomeini a donné à sa fatwa un caractère contraignant qu'en réalité, elle n'a pas.

ALLER PLUS LOIN

► ►Islams politiques aux éditions du CNRS, par Sabrina Mervin et Nabil Mouline.

► ► Retrouvez les autres mots dans notre dossier spécial : "Les mots de l'islam"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.