Le musée de l'Air et de l'Espace du Bourget nous offre pour son centième anniversaire un accueil de première classe, en rouvrant l'aérogare historique inauguré lors de l'exposition universelle de 1937, conçu par l'architecte George Labro et qui avait déjà pour ambition "d'ouvrir sur le ciel et sur le rêve".

Façade est de l'aérogare historique du Bourget
Façade est de l'aérogare historique du Bourget © © Musée de l’Air et de l’Espace – Aéroport Paris-Le Bourget / Vincent Pandellé

L'histoire de l'aéroport du Bourget est indissociable de celle du musée de l'Air et de l'Espace. Retour sur plus de cent ans d'histoire de l'aéronautique.

En 1914, le gouvernement crée le terrain d’aviation du camp retranché de Paris entre le Bourget et Dugny avec pour vocation de protéger la capitale des bombardements. Cinq ans plus tard, la guerre est terminée et après quelques liaisons de fret et de transport postal, le site s’ouvre au transport de passagers avec les premières liaisons entre Paris et Londres. 

Cette même année 1919 sur proposition de l’ingénieur des Ponts et Chaussée Albert Caquot crée un conservatoire de l’aéronautique. Inauguré en 1921 , les collections, une dizaine d'avions grandeur réelle et divers matériels, s'installent provisoirement à Meudon. Après de nombreuses péripéties et déménagements suites à des inondations, par manque de place ou suites aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale, les collections déménagent successivement de Chalais Meudon au musée de l’air du boulevard Victor dans le XVème arrondissement de Paris puis atterrissent par volées successives sur le mythique aéroport du Bourget.  

Mais pendant cette période l’aéroport gagne en fréquentation et se dote en 1924 de 5 immenses hangars au bord des pistes et dès 1920 de cinq lignes d’aviation commerciale reliant Paris aux grandes villes européennes.

Le trafic s’accroît en quelques années et passe de 740 passagers en 1919 à 45 000 passagers en 1930.

« L’aviation avant-guerre était un sport. L’aviation pendant la guerre aura été une arme. L’aviation après la guerre sera une industrie de transport ». Extrait du discours d’inauguration des travaux de la Commission Interministérielle de l’Aéronautique civile en 1917 du baron d’Aubigny, député à l’Assemblée nationale et président de la commission.

L’aéroport du Bourget devient officiellement « aéroport de Paris » et le gouvernement souhaite pour cette vitrine de la France un bâtiment à la hauteur de sa superbe et de ses ambitions. Un concours est alors lancé par le ministère de l’Air afin de désigner l’architecte qui inventera l’aérogare du futur comme nous l’explique Jean-Emmanuel Terrier, Historien de l’aéroport du Bourget et du musée.

3 min

Jean-Emmanuel Terrier, Historien de l’aéroport du Bourget et du musée nous présente l'aérogare historique de 1937 restauré

Par Franck Olivar
Le Hall des huit colonnes du Musée de l’Air et de l’Espace
Le Hall des huit colonnes du Musée de l’Air et de l’Espace / Musée de l’Air et de l’espace – Le Bourget / Alexandre Fernandes

L’architecte George Labro, second grand prix de Rome et architecte de l’administration des Postes remporte le concours. Il propose un projet ambitieux, celui d‘un édifice qui doit « s’ouvrir sur le ciel et le rêve ». Ce bâtiment art déco emblématique de l'architecture aéroportuaire des années 30 est aujourd’hui restitué à peu de chose près tel qu’il était pour son inauguration lors de l’exposition universelle de 1937. 

Vue aérienne de l'inauguration de l'aérogare Labro sur l'aéroport du Bourget, le 12 novembre 1937
Vue aérienne de l'inauguration de l'aérogare Labro sur l'aéroport du Bourget, le 12 novembre 1937 / ©AFP/Coll. musée de l'Air et de l'Espace - Le Bourget

Alors que les vols commerciaux cessent en 1981 - il faut également compter en 1974 sur la création du tout nouvel aéroport Roissy Charles de Gaulle - l’aéroport du Bourget se concentre alors exclusivement sur l’aviation d’affaire avec quelques années des vols régionaux et le musée de l’air regroupe dès 1973 les collections restées visible à Chalais Meudon mais également Chartres et Paris, pour être enfin inauguré comme musée de l’air le 27 mai 1975. Depuis les années 80 jusqu’à aujourd’hui le musée n’a cessé de s’enrichir et d’étoffer ses collections et ses espaces comme nous l’explique Anne-Catherine Robert-Hauglustaine, directrice du musée en compagnie de Jean Emmanuel Terrier dans la tour de contrôle historique de l'aéroport.

4 min

Anne-Catherine Robert-Hauglustaine, directrice du musée et Jean Emmanuel Terrier dans la tour de contrôle historique de l'aéroport du Bourget

Par Franck Olivar

Le musée de l’air et de l’espace accueille donc à présent ses visiteurs dans l’aérogare historique, découvrons le nouveau parcours de la Grande Galerie et ses deux ailes nord et sud avec Marie-Laure Griffaton, conservatrice en chef. 

4 min

Marie-Laure Griffaton, conservatrice en chef nous présente la nouvelle galerie du Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget

Par Franck Olivar
La Demoiselle d'Alberto Santos-Dumont dans la galerie du Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget
La Demoiselle d'Alberto Santos-Dumont dans la galerie du Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget / © Axel Ruhomaully

Le Musée de l'Air et de l'Espace présente sur 25 000 m² d’espaces couverts, auxquels s’ajoutent les espaces extérieurs, plus de 120 aéronefs et 600 000 objets de collection.

Embarquement pour une visite au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget ici 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.