A l'occasion de la sortie du livre "Islams politiques", une synthèse sur les principaux courants qui font l'actualité, décryptage des mots de l'islam.

Cette jeune femme musulmane ne porte pas de voile, ce commandement au sujet de la pudeur n'est pas interprété par tous les musulmans de la même façon
Cette jeune femme musulmane ne porte pas de voile, ce commandement au sujet de la pudeur n'est pas interprété par tous les musulmans de la même façon © Maxppp / Philippe Turpin

Le voile est une question d'interprétation. Il y a clairement, dans les textes religieux des appels à la pudeur. Il est demandé explicitement de ne pas montrer certaines parties de son corps et certains termes, dans les textes religieux, sont compris comme "le voile".

Traditionnellement aux époques pré-moderne et moderne, un peu partout y compris en Occident, les femmes se couvraient. Cela existait, donc, dans la tradition et dans la pratique islamique. Toutefois, les textes sont interprétés différemment selon les lieux et les époques.

Donc certains musulmans considèrent que, même si ce commandement s'appliquait à une certaine époque et dans certains lieux, il ne s’applique plus aujourd'hui. D’autres peuvent estimer au contraire qu'une lecture plus littérale des textes est assez claire sur cette question et considérer le port du voile comme un devoir. Beaucoup, en tout cas, estiment qu’il s’agit d’un choix personnel.

Cela nous ramène au débat entre les littéralistes et les rationalistes : comment interpréter les textes pour les mettre en pratique, aujourd’hui : à la lettre ou de manière métaphorique.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.