La gastronomie française est connue pour être incroyablement variée. Le fromager Stéphane Hénaut et son épouse, l’historienne Jeni Mitchell, publient "Une Histoire de France à pleine dents". Dans leur livre, ils rétablissent la vérité sur l’origine de certains plats célèbres.

Le roquefort doit-il tout à l'amour ? Le sucre de canne a-t-il débuté en France sous la Maison de la Radio à Paris ? L'expression "compter pour des prunes" vient-elle des Templiers ?
Le roquefort doit-il tout à l'amour ? Le sucre de canne a-t-il débuté en France sous la Maison de la Radio à Paris ? L'expression "compter pour des prunes" vient-elle des Templiers ? © Getty / TinaFields

Le fromager Stéphane Hénaut et l’historienne Jeni Mitchell étaient invités de l’émission présentée par Ali Rebeihi Grand bien vous fasse avec Nathalie Hélal, journaliste gastronomique. Ils ont délivré quelques anecdotes savoureuses de notre cuisine.

L’histoire du sucre de betterave débute en France sous la Maison de la Radio… Vrai ou Faux ?

Vrai. Nous sommes en 1809 en plein blocus continental. Napoléon Bonaparte veut asphyxier les Anglais. Sauf qu’il finit par se bloquer lui-même : le sucre de canne n’arrivent plus dans les ports français. Il cherche alors un ersatz. L’industriel Benjamin de Lessert reprend alors les travaux d’un chercheur silésien (pologne) et développe le sucre de betterave. Ses usines sont situées à Passy à l’emplacement de la Maison de la Radio. Il va transformer ses filatures en raffinerie de sucre de betteraves. Ce qui vaudra à Benjamin de Lessert d’être décoré par Napoléon.  

ECOUTER | La chronique d'Eric Birlouet : "Un aliment qui a totalement changé de statut : le sucre"

Le Cassoulet de Castelnaudary permit aux assaillis de repousser leurs ennemis… Vrai ou faux ? 

Faux. Une légende colle à ce plat de ragoût et de haricots blancs. L’une d’elles se déroule en 1355 en pleine Guerre-de-cent-ans. La ville était assiégée par les forces anglaises menées par le Prince noir. Le siège dure depuis dix mois. Affamés, les habitants de Castelnaudary, les Chauriens, rassemblent ce qu’ils leur restaient : quelques fèves, des haricots blancs, et du porc. Ils mettent le tout dans une casserole à mijoter toute une nuit. Le lendemain, ils dégustent ce premier « cassoulet ». Ils auraient tellement apprécié que revigorés, ils auraient battu les Anglais. Et les auraient même pourchassé jusqu’à la Normandie, et rebouté à travers La Manche jusqu’en Angleterre. Malheureusement, la vérité n’est pas si glorieuse pour les Chauriens : cassoulet ou pas cassoulet, ils ont été battus.

Le Chabichou du Poitou est-il un fromage apporté par les Arabes. Vrai ou faux ? 

Faux. Le chabichou est un fromage de chèvre fabriqué près de Poitiers. Selon la légende que les fromagers locaux racontent, il viendrait de la célèbre bataille de Poitiers vers 732 entre l’armée des Francs et celle du califat. Charles Martel bat les Arabes. Ces forces orientales auraient emmené avec elles des chèvres ("chebli" en arabe) pour se nourrir. Quand ils quittent la région, ils laissent derrière eux des chèvres et des chevriers qui apprennent aux locaux comment faire du fromage de chèvre. C’est une jolie histoire : la bataille de Poitiers est souvent présentée quasiment comme un conflit entre deux civilisations, mais finalement avec ce chabichou, cela devient une véritable rencontre et un enrichissement des civilisations. 

"Compter pour des prunes"… Ce qu’il reste des Templiers. Vrai ou faux ? 

Vrai. Grands consommateurs de fruits, les Français en produisent 2,5 millions de tonnes par an toutes espèces confondues… Notre langue porte la marque de cet amour : « avoir la pêche », « être mi-figue, mi-raisin », « couper la poire en deux », « presser le citron », « entre la poire et le fromage », ou « ne pas compter pour des prunes »… Cette dernière est étrange puisqu'en France, on aime beaucoup les prunes.

L’expression vient des Croisades où une variété de prunes a été découverte par les Templiers alors que les Croisés faisaient le siège de Damas en 1148. Ils en rapportent en France. Ensuite, les Templiers vont être pourchassés… "Compter pour des prunes" : c’est tout ce qu’ils vont avoir rapporté de leur incroyable épopée, c’est juste des prunes. 

Le Roquefort doit tout à l’amour. Vrai ou faux ? 

Faux, mais c’est dommage ! C’est un fromage vieux de 2000 ans au départ très apprécié des élites. Il est très apprécié des Français qui l’auréolent d’une jolie histoire : « Il était une fois un berger amoureux qui s’abrite dans sa grotte tout en veillant sur ses moutons. Il commence à manger du pain et du fromage. C’est alors qu’il aperçoit sa belle au loin. Il sort de son refuge pour courir après elle. Un ou deux jours plus tard, alors qu’il regagne son refuge, il retrouve son fromage qui a commencé à moisir. Affamé, il le mange et l’apprécie. » Là, serait né le fromage bleu Roquefort protégé depuis 1411 par une ordonnance royale !  

Vitrail du château de Lichtenstein Castle, en Allemagne.
Vitrail du château de Lichtenstein Castle, en Allemagne. © Getty / Otto Stadler

Aller plus loin

🎧  ECOUTER | Grand bien vous fasse consacré à l'histoire de la cuisine française 

LIRE | Histoire de France à pleines dents de Stéphane Hénaut et Jeni Mitchell (chez Flammarion) 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.