Le vin rosé n'a jamais autant séduit qu'en France, premier producteur, exportateur et consommateur au monde. Invité d' "On va déguster", le vigneron Yves Legrand revient sur le caractère original et historique de cette variété viticole qui a été la première forme de vin connue de l'Histoire !

Saviez-vous que les premiers vins étaient des rosés ?
Saviez-vous que les premiers vins étaient des rosés ? © Getty / MarkSwallow

Les vins rosés sont produits comme un vin à part entière, aussi bien reconnus que le vin rouge : le vigneron et caviste, Yves Legrand, estime "qu'il faut effacer l'image du mauvais rosé souvent identifié comme un vin par défaut aux dépends de l'authentique vin rouge". 

Le vigneron rappelle que "le premier vin au monde a été un rosé principalement consommé jusqu'au XVIIe siècle ! À Bordeaux, on l’appelait déjà "le Clairet" et la première appellation de "vin rosé" a été donnée par un vigneron d'Argenteuil au XVIIe siècle. Ensuite, du XVIIIe aux années 1970-1980, on a essentiellement bu du vin rouge". 

C'est un vin historique

Quand le vin était "clair(et)"

Il est loin le temps où les premiers vins français figuraient à l'arrière-plan du paysage viticole, au temps où le vin de Gaule était qualifié par les agronomes de l'époque de "trop miellé, trop poissé, trop facilement aigri, piquette"... L'archéologie a démontré qu'autrefois, "les grands crus antiques" étaient produits par les Grecs puis les Romains - qui n'hésitaient pas à qualifier le vin gaulois de "barbare". Mais pourquoi notre vin d'origine pouvait-il sembler si écœurant

Avant qu'il ne parvienne à s'étendre dans l'arrière-pays, le vignoble de France était territorialement restreint au départ. Les moyens de production étaient très rudimentaires, si l'on compare aux grands crus produits aujourd'hui. La méthode de vinification était toute autre et, de fait, l'usage, la saveur et la couleur du vin aussi ! 

Jusqu'au XIIIe siècle, la vendange était majoritairement foulée aux pieds. Si ensuite le travail du moût des raisins (principalement du "gamay", cépage de raisins rouges à jus blanc) n'était pas aussi abouti, on arrivait à obtenir une légère coloration rosée. Les techniques de cuvaison et de macération n'étant pas aussi bien avancées, il était extrêmement difficile de produire du vin rouge épais tel que nous l'entendons aujourd'hui. Il était en revanche très facile de produire du vin blanc. Le vin rouge épais demande une fermentation plus longue et des techniques de vinification perfectionnées qui n'ont été développées qu'à partir du XVIIe-XVIIIe siècle. 

Vignes en Champagne, France
Vignes en Champagne, France © Getty / Pakin Songmor

Les vins d'honneur du royaume de France étaient clairs

Ces vins clairs font d'ailleurs partie de la hiérarchie des vins prestigieux établie par le roi lui-même, comme l'illustre la célèbre liste "Bataille des vins" établie au début du XIIIe siècle par Henri d'Andeli en l'honneur du roi Philippe Auguste, connu comme grand buveur. D'après les mots du roi, le vin clair est jugé comme étant le meilleur, le plus doux et semble être le plus considéré de tous

"La bataille des vins" dans "Les œuvres de Henri d'Andeli" (XIIIe siècle), republiées par Alexandre Héron, 1881
"La bataille des vins" dans "Les œuvres de Henri d'Andeli" (XIIIe siècle), republiées par Alexandre Héron, 1881 / © BNF - Gallica

Comme le souligne Yves Legrand, "le rosé, c'est un nuancier avec plein de subtilités sur le plan sémantique et surtout visuel avec sept couleurs principales, allant du rose très pâle jusqu'au rouge cerise et pouvant même s'étendre entre un vin blanc teinté et un vin rouge jeune".

De fait, le roi donne sa bénédiction aux vins clairs et rien encore ne retient son attention en Provence... Soyez patients ! Le roi considère d'abord les vins du Nord, les vins de Bourgogne bénéficient d'une reconnaissance quant à la qualité de leurs vins blancs (de Beaune) et de leur "vin rouge" dit "de pinot vermeil" (toujours clairet). De même, en pays bordelais, réputé était ce qu'on appelle "le vin Bordeaux-clairet", à partir duquel la viticulture locale a acquis son savoir-faire historique. 

D'ailleurs "le vin rosé" en tant que dénomination serait apparu dès la fin du XVIIe siècle dans les vignobles d'Argenteuil dans l'actuelle Île-de-France. C'est à partir de ce moment-là que l'on passe du terme "clairet" au terme "rosé". 

Et le vin clairet/rosé devint rouge

Ce vin rouge-rosé est vite dépassé par le grand essor bordelais qui a alors lieu entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Grâce aux investissements commerciaux établis avec les Anglais, la région opère une rupture gustative et oriente la saveur vinicole vers la différenciation des vins : les vins blancs acides et les vins clairets sont délaissés au profit des vins rouges désormais plus colorés, foncés et épais. En effet, les Anglais impulsent une nouvelle variété de "vins bordelais noirs" dont le degré d'alcool et la couleur sont respectivement plus marqués que les vins clairets d'antan. Le vin rouge commence, oui, à tacher ! C'est là que s'opère le passage définitif du traditionnel "vin clairet" au " vin rouge épais" produit grâce aux progrès techniques significatifs dans la vinification, le perfectionnement de la cuvaison et de la macération

Yves Legrand estime que "le rosé revient avec ses lettres de noblesse grâce à une plus grande maîtrise des températures et de l'hygiène. On fait aujourd'hui des rosés au même niveau que les grands rouges". 

Aujourd'hui, le vin rouge semble figurer comme le plus authentique de tous, alors même que le premier vin a été le clairet. Celui-ci connaît un regain de popularité depuis les années 1970-1980, y compris comme "vin de pays". De vins de découvertes, ils sont redevenus des vins familiers comme au bon vieux temps. D'autant que le rosé se conserve beaucoup plus longtemps ! 

C'est pourquoi, conclut Yves Legrand, "le vin rosé, totalement décomplexé, est l'égal des grands vins rouges et blancs et se traite de la même manière et, pour preuve, le consommateur s'y reconnaît pleinement" - et ce depuis les origines du vin en général... (à condition bien sûr de boire avec modération !)

Aller plus loin

🎧 ÉCOUTER - Émission On Va déguster consacrée au vin rosé

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.