Le célèbre explorateur portugais est connu pour avoir voulu rejoindre, dès 1519, les Moluques, dans l'est de l'Indonésie. Mais son expédition a été semée de tant d'embûches que le mystère règne toujours quant à son triste destin... Sa mort pose en effet toujours question... Qu'est-il donc arrivé ? Ouvrons l'enquête !

Le navigateur Fernand de Magellan apaisant une sédition de son équipage en 1520
Le navigateur Fernand de Magellan apaisant une sédition de son équipage en 1520 © AFP / LEEMAGE

Avec Michel Chandeigne, spécialiste de l'histoire des grandes découvertes, tentons de réintégrer l'équipage du célèbre navigateur portugais Fernand de Magellan, pour essayer de mieux comprendre les raisons qui ont fait qu'il n'est pas parvenu au bout de son voyage. Un périple maritime qui est finalement devenu le premier tour du monde de l'histoire mais... sans lui.

Un voyage sans retour : Magellan s'est-il livré au suicide ? 

Magellan ne reviendra jamais à bon port en Espagne et sa dernière initiative, si fatale soit-elle, interroge car comme le souligne Michel Chandeigne, "sa mort est l'une des grandes énigmes de ce voyage". Jusque-là tout réussissait à Magellan : il était parvenu à découvrir le fameux détroit (de Magellan) au sud du Chili actuel et à poursuivre sa traversée jusqu'à atteindre les Philippines (Moluques). Les rois des deux îles -de Massana et de Zébu- l'avaient grandement accueilli ; ceux-là s'étaient même convertis au christianisme et soumis au roi d'Espagne. Jusqu'à ce que lui vienne une drôle d'idée... toujours aussi mystérieuse aujourd'hui...

Carte reproduisant le premier voyage autour du monde (1519-1522)
Carte reproduisant le premier voyage autour du monde (1519-1522) / Gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

"Magellan avait besoin de prouver la puissance de la Couronne d'Espagne et avait décidé de combattre les princes ennemis des deux rois Philippins avec qui il avait noué des alliances", précise l'historien. Un roitelet de l'île voisine -île de Matam- refusait de se soumettre à lui et a donc décidé de lui livrer bataille. C'est dans cette obscure expédition qu'il trouva la mort

L'historien précise "qu'il avait pourtant interdiction, dans les institutions royales, de s'en prendre aux indigènes et avait décidé malgré tout de se battre coûte que coûte à 60 contre 1000. Il est mort le 27 avril 1521 sous les coups des lances de ces indigènes insoumis". Mais que s'est-il donc passé ? Serait-ce dû à un manque de lucidité, à un simple moment d'inconscience, d'égarement de sa part ou bien de quelque chose de plus troublant encore ? 

"Il y a, parmi les documents qui nous restent, le journal d'un anonyme qui montre qu'une fois arrivés aux Philippines, d'après les mesures de longitude estimées, les Espagnols seraient très certainement arrivés dans la partie portugaise du monde"... 

En effet, il faut rappeler que depuis le traité de Tordesillas, signé en 1494, Espagnols et Portugais se partagent des zones de navigation particulières et chacun se doit de respecter son escarcelle respective. Magellan se serait-il donc retrouvé piégé par son propre plan ? Magellan savait peut-être qu'il avait échoué dès lors qu'il apprit que les Moluques ne se trouvaient finalement pas dans la partie espagnole mais bien dans la zone portugaise, et ce depuis le début". 

On peut se demander si cela ne s’apparente pas à une forme de suicide, une attitude désespérée qui expliquerait ce geste insensé d'aller au combat avec une telle disproportion des forces avec l'adversaire. D'une part, il lui est impossible de revenir au Portugal : il y est considéré comme un traître pour avoir offert ses services au royaume d'Espagne depuis le début du voyage. "Une flotte portugaise avait d’ailleurs été envoyée pour se débarrasser de lui", ajoute le spécialiste. Et d'autre part, il ne peut pas non plus revenir en Espagne car il a combattu, durant son expédition les chefs espagnols, même si cela s'inscrivait dans le cadre de mutineries à son encontre... 

Magellan n'aurait donc eu aucune autre alternative que celle-ci. "C'est, selon Michel Chandeigne, une hypothèse plausible". 

Des difficultés au cours du voyage qui posent question

Quand on s'intéresse de plus près à l'histoire de cet explorateur emblématique, on se rend compte que Magellan a peut-être aussi été la victime de circonstances qui ont fini par se retourner contre lui... 

Rappelons qu'au départ, le projet est celui d'un navigateur portugais au compte de l'Espagne ! Il suscite à cet égard, beaucoup de méprises de la part des Espagnols à l'époque, des remontrances qui se sont infiltrées jusque dans ses propres navires... 

La défiance des Espagnols à bord est omniprésente. "C'est le grand problème de cette expédition et il ne cessera de s'amplifier", précise l'historien. Les mutineries sont nombreuses. Magellan finit même de nouveau par être trahi par l'explorateur Estevan Gómez qui, après avoir constaté que Magellan avait bien trouvé le fameux détroit, déserte avec une cinquantaine d'hommes pour regagner l'Espagne et en tirer ainsi sa propre gloire, ne manquant pas au passage d'entacher l'image de Magellan. 

Ne pouvant plus compter que sur lui-même, Magellan n'avait plus d'alternatives, lorsqu'il apprit que son point d'arrivée -les Moluques- était sous escarcelle portugaise et non pas espagnole. Pris entre deux feux, peut-être a-t-il voulu s’offrir un dernier baroud d'honneur en fonçant tête baissée vers un combat qui n'avait aucune raison d'être lorsqu'il s'en prit à ce peuple indigène rebelle ? Peut-être a-t-il aussi été une nouvelle fois trahi ? Reste que le mystère demeure ! 

Allez plus loin 

📖 LIRE - L'expédition maritime de Magellan est connue grâce au chroniqueur italien Antonio Pigafetta. (ici, réédition tardive du récit originel disponible sur Gallica) Il a lui-même embarqué avec Magellan, livrant un des plus beaux récits de voyage de cette époque. 

📖 LIRE - Michel Chandeigne, « Le voyage de Magellan 1519-1522, la relation d‘Antonio Pigafetta »

🎧 ÉCOUTER - Le temps d'un bivouac. Magellan, par delà le détroit

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.