Le premier voyage autour du monde en bateau fut celui qu'effectuèrent les navigateurs Ferdinand Magellan et Juan Sebastián de Elcano entre 1519 et 1522. Le récit du voyage a été consigné dans le journal d'un érudit italien Antonio Pigafetta.

République de l'un des bateaux de Magellan, montrée à Punta Arenas, au Chili
République de l'un des bateaux de Magellan, montrée à Punta Arenas, au Chili © Magallanes1

Il y a cinq siècles, le 10 août 1519, Fernand de Magellan prenait le départ du premier tour du monde de l'histoire, point d'orgue des "grandes découvertes" entreprises par les Européens aux XVe et XVIe siècles.  

Le détroit qui porte son nom s'étend sur six-cents kilomètres. C''est le plus important passage naturel entre les océans Atlantique et Pacifique, séparant le continent sud américain (sud du Chili) et la Terre de feu. 

Le détroit de Magellan entre le Chili et la Terre de Feu
Le détroit de Magellan entre le Chili et la Terre de Feu / Domaine Public

Après avoir participé à la conquête portugaise de la route des épices, Magellan offre ses services à la couronne espagnole et au futur empereur Charles Quint.  

Le 10 août 1519, il part de Séville avec cinq navires et 237 hommes, projetant de se rendre aux Moluques en passant par l'Ouest. Sa flotte comprend cinq navires : la Trinidad, le San Antonio, la Concepcion, le Santiago et la Victoria. Ils vont s'aventurer sur des mers jamais explorées. Les bateaux vont naviguer durant plus d'un an sur l'Atlantique pour atteindre le détroit au sud du continent américain. 

Arrivé au Brésil, le Trinidad et la flotte jette l'ancre le 13 décembre 1519 dans la baie de Santa Lucia, actuellement Rio de Janeiro.

Des mutineries incessantes

Dix mois plus tard, l'expédition est arrivée plus au sud de l'Amérique latine, en Patagonie. 

Le 31 mars 1520, la flotte trouve donc refuge dans un estuaire abrité qu'ils nomment port de San Julián et éclate « la mutinerie de Pâques ». Certains équipiers de l'expédition doutent de l'existence du détroit, et des chances de survie dans des contrées aussi froides. 

Magellan étant portugais, et les bateaux sous pavillon et équipage espagnol, les mutineries furent nombreuses, les maladies et tempêtes encore plus. Après avoir franchi le détroit qui portera son nom, en octobre et novembre 1520, il rejoint l'océan, et le nomme "Pacifique". Il finit par être trahi par l'explorateur Estevan Gómez qui déserte avec une cinquantaine d'hommes pour se déclarer "découvreur" du détroit de Magellan en Espagne.

Il atteint les Philippines en mars 1521, et le voyage va s'arrêté là pour lui. Il est tué le 27 avril. 

Les circonstances de sa mort restent mystérieuses. Il aurait choisi de monter à l'assaut contre le roi de Matam qui refusait de se soumettre à lui. Malgré l'interdiction des institutions royales espagnoles pour le compte desquelles il voyageait, il s'en est pris à une armée locale. Mais la partie est inégale, le navigateur se bat à 60 contre 1000. 

Après le décès de Magellan aux Philippines, le Basque espagnol Juan Sebastián de Elcano, prend le commandement.  La Concepcion, est détruit. Elcano atteint les Moluques en novembre 1521. Il regagne l'Espagne en 1522 avec le dernier navire, la Victoria, et une vingtaine de survivants. Magellan commandait la Trinidad, de telle sorte que seul le Victoria a véritablement effectué le tour du monde.

La flotte de Magellan et Elcano venait d'accomplir ce que Jean de Mandeville, dans son Livre des merveilles du monde, désignait comme « circumnavigation » du monde. L'ouvrage datant du Moyen Age, a fait rêvé quelques explorateurs. Bon nombre ont tenté d'aller le plus loin possible sur les océans, espérant joindre l'est à l'ouest, et l'Espagne et le Portugal s'étaient déjà partagé le Nouveau Monde, même si le tour du monde n'était pas encore bouclé. 

Magellan et Elcano, navigateurs à l'origine du premier tour du monde sur les mers et océans
Magellan et Elcano, navigateurs à l'origine du premier tour du monde sur les mers et océans © AFP / Laurence SAUBADU, Sabrina BLANCHARD, Cecilia SANCHEZ

Jacques Cartier au Canada, Colomb en Amérique, Vasco de Gama en Inde, et le monde s’agrandit

Lorsque Magellan et Elcano accomplissent leur exploit, le monde était déjà ordonné selon la vision de l'Espagne et du Portugal. En 1494, les deux pays, qui dominent les océans, avaient signé sous l'égide du pape le traité de Tordesillas par lequel ils se partagaient le Nouveau Monde qu'ils s'étaient engagés à évangéliser.

Pour contourner la puissance ottomane qui détenait en Orient le monopole du commerce vers les Indes et ses épices, le Portugal, sous l'impulsion du prince Henri le Navigateur, se lance à la conquête des mers en longeant le continent africain dont on ignore alors les dimensions.  Moins de 30 ans après la mort du souverain, Bartolomeu Dias est le premier à franchir la pointe Sud de l'Afrique, en 1488. Il la nomme "Cap des Tempêtes", nom auquel le roi du Portugal, Jean II, préférera "Cap de Bonne-Espérance".  Il poursuit le long des côtes orientales mais son équipage, éprouvé, le force à faire demi-tour. Il disparaîtra dans un naufrage en 1500 sur la route des Indes.    

Le Gênois Christophe Colomb, qui veut joindre "le Levant par le Ponant", effectue entre 1492 et 1504 quatre voyages pour la couronne d'Espagne. Lors du premier, il accoste aux Bahamas puis à Haïti, qu'il nomme Hispaniola.  Il découvre le continent lui-même, au Venezuela, lors de sa quatrième entreprise et reste persuadé d'avoir atteint les Indes jusqu'à sa mort le 20 mai 1506. Le navigateur florentin Amerigo Vespucci (1454-1512) est le premier à comprendre qu'il s'agit d'un nouveau continent, baptisé en son honneur "America" en 1507.

Vasco de Gama est le premier Européen à rallier l'Inde en contournant l'Afrique, pour le compte du Portugal.  Il quitte le Tage en juillet 1497, gagne le sud de l'Afrique et atteint les côtes indiennes en mai 1498. Durant sa deuxième expédition, il fonde le premier comptoir portugais d'Asie, à Cochin, en Inde.  Nommé vice-roi des Indes par Jean III du Portugal, il décède le 24 décembre 1524.    

En 1533, François 1er obtient du pape l'assouplissement du traité de Tordesillas. Un an plus tard, l'explorateur français Jacques Cartier aborde le golfe du Saint-Laurent et explore le territoire alentour qu'il nomme "Canada", de l'iroquois "kanata" ("village").  Le Français y effectue trois voyages de 1534 à 1542.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.