le général paul aussaresses est mort
le général paul aussaresses est mort © reuters

"Je n'ai pas de remords" . Jusqu'à sa mort, le général Aussaresses aura assumé la torture pendant la Bataille d'Alger entre 1955 et 1957. A l'époque, le général Jacques Massu en charge des combats dans la capitale algérienne, fait appel à Paul Aussaresses, militaire reconnu depuis la Seconde Guerre mondiale et l'Indochine.

L'escadron de la mort

Le général Massu lui confie une mission capitale pour sécuriser la capitale algérienne : coordonner les renseignements pour démanteler les réseaux FLN, le Front de libération national algérien. Paul Aussaresses se retrouve selon ses termes à la tête d'un "escadron de la mort". Dans un entretien au Monde en 2000, il reconnaît avoir torturé ou laissé torturer des hommes "sans regrets ni remords" , ce qu'il confirme le 23 novembre 2000 dans le journal de France 2.

J'ai exécuté 24 personnes, des individus reconnus pour avoir participé à des actes terroristes [...] Nous n'avions pas le choix [...] Il aurait fallu des mois pour qu'il y ait une enquête et un jugement

A l'époque sur le plateau télévisé, le général Aussaresses n'hésite pas à mettre en cause sa hiérarchie, le général Massu et le pouvoir politique. _" En ce qui me concerne, j'ai été dans des conditions où j'ai eu recours à des actes que je n'aimais pas mais que j'ai du remplir. Les militaires dans tous les cas auxquels j'ai été mêlés, exécution sommaire et gestes de tortures que je n'ai pas exécutés moi-même mais que j'ai approuvés, le militaire rend des comptes à sa hiérarchie."_ _L'avocate algérienne Vassila Tamzalit demande que la France reconnaisse désormais l'usage de la torture pendant la guerre d'Algérie - avec Bertrand Gallicher_
Après son passage dans les médias, le général Aussaresses publie un livre en 2001, "Services spéciaux, Algérie 1955-1957" où il évoque notamment la torture et les assassinats de l'avocat Ali Boumendjel et du chef du FLN algérois Larbi Ben M'Hidi. Pour cet ouvrage, la justice le condamne deux ans plus tard à 7.500 euros d'amende pour "apologie de la torture" Il est mis d'office à la retraite et perd sa légion d'honneur. _Une condamnation injuste selon maître Gilbert Collard qui l'avait défendu lors de son procès_
### Enseigner ses "méthodes" aux Etats-Unis Paul Aussaresses est né en novembre 1918 à Saint-Paul-Cap-de-Joux dans le Tarn. Il participe à la Seconde Guerre mondiale en 1942, s'engageant à 24 ans, dans les services spéciaux. Il participe à la création du 11e choc, le bras armé du SDCE, le service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE), ancêtre de la DGSE. Chef de bataillon parachutiste, il participe à la guerre d'Indochine (1945-1954). Le général Aussaresses avait notamment reçu la Croix de guerre 1939-1945 avec palmes et la Médaille de la Résistance. Après la guerre d'Algérie, il part aux Etats-Unis enseigner "les techniques de la bataille d'Alger" à Fort Braggs en Caroline du nord. Il est promu colonel puis prend le commandement en 1966 du prestigieux 1er Régiment de chasseurs parachutistes. Il est nommé en 1973 attaché militaire au Brésil pendant la dictature. D'après l'association des anciens parachutistes, il était hospitalisé depuis quelques temps. Ses obsèques seront célébrées le mardi 10 décembre à la Vancelle dans le Bas-Rhin où il vivait. **POUR ALLER PLUS LOIN [ > Notre dossier sur la guerre d'Algérie](http://www.franceinter.fr/dossier-algerie-1954-1962-la-fin-de-la-derniere-guerre-d-appeles)**
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.