Fleur Pellerin
Fleur Pellerin © MaxPPP/Le Parisien/Olivier Corsan

La ministre de la Culture a rendu public, vendredi soir, le plan que Mathieu Gallet devait présenter mercredi au CCE. Fleur Pellerin estime que le PDG de Radio France a désormais toutes les cartes en main pour sortir du conflit qui dure maintenant depuis 17 jours, mais les négociations ont à nouveau achoppé samedi.

Ces "cartes" sont d'abord une dotation en capital, non chiffrée, liée aux surcoûts du chantier. Une mesure qui était déjà connue dans l'entreprise. En complément, le Ministère annonce que les différentes options possibles pour la finalisation de ce chantier seront étudiées.

Le ministère de la Culture est enfin ouvert à un assouplissement des catégories d’annonceurs autorisés, comme le demandait la direction de Radio France, sans pour autant augmenter le nombre de minutes de publicité autorisés par jour. Cela devrait tout de même permettre des rentrées supplémentaires et mettre l'entreprise à l’abri des recours dû à un cahier des missions et des charges obsolète.

Validée aussi, c'est Mathieu Gallet qui le précise au Parisien, la suppression de la diffusion en ondes moyennes et longues, soit 14 M€ d’économies par an.

300 à 380 suppressions de postes

Mais le gros morceau c'est évidemment le plan social. Fleur Pellerin, qui a écrit vendredi soir à Mathieu Gallet et a répondu aux questions de l'AFP, annonce que Radio France veut 300 à 380 départs volontaires et mesures d'âge -au lieu des 200 à 300 envisagées précédemment -. Peut-être s'agit-il là de des fameuses 50 embauches que le PDG disait juger nécessaires et pour lesquelles il faudrait obtenir encore plus de départs.

Si la ministre précise que "le niveau d’emploi ne peut constituer la seule variable d’ajustement", elle se garde bien de refuser l'option qu'elle juge "sans doute nécessaire" et à compléter par __ un "travail de modernisation sociale"'. Elle évoque également "des mesures de modération des plus hauts salaires et de résorption de la précarité".

Côté orchestres, Fleur Pellerin a tranché parmi les options qui étaient sur la table : elle ne souhaite ni la fusion des deux orchestres de Radio France, ni le départ de l'un d'entre eux. La ministre propose un "redimensionnement des formations musicales", manière pudique, sans doute, de présenter un plan de départs au sein des formations musicales.

Encore plus préoccupant pour Radio France : Fleur Pellerin dit ne pas fermer la porte à des "regroupements" de chaînes, pour autant qu’ils soient "ambitieux". la ministre de la Culture ne précise pas comment la suppression d'une chaîne peut être ambitieuse.

### La Tutelle met Mathieu Gallet au pied du mur Selon Fleur Pellerin, le PDG de Radio France doit maintenant "rétablir le dialogue social" dans une entreprise paralysée depuis plus de deux semaines, en annonçant un plan social encore plus important que prévu et d'autres mesures aussi impopulaires. Pour Mathieu Gallet "une part importante des salariés de Radio France souhaitent que cette entreprise évolue". Reste à savoir si c'est avec lui à sa tête, puisque vendredi l'AG a voté une motion de défiance envers l'actuel PDG. ### Négociations rouvertes et refermées Conformément à la demande de la ministre, la direction de Radio France a invité l'intersyndicale à une réunion de négociation samedi à 14h00. La réunion à été suspendue peu après 20h sur un constat d'échec, si l'on en croit Renaud Dalmar, délégué CFDT : > La seule réelle avancée est celle imposée par la ministre sur les orchestres. Pour le reste, nous avons à nouveau constaté des divergences dans les propos de la direction. Les avancées proposées oralement par Frédéric Schlesinger, le directeur délégué aux antennes et aux programmes, ne se retrouvent pas a l’écrit dans le texte de Christian Mettot, le DRH. La direction souffle le chaud et le froid, cela lui permet de dire qu'elle a passé le samedi a négocier, mais en réalité elle n'abandonne pas ses positions. Le blocage semble définitif et confirme que nous ne pourrons aboutir qu'avec un médiateur, selon la CFDT. C'est à 21h30 que la direction de Radio France a publié son communiqué. La DRH indique : > Les négociations entre la direction et les organisations syndicales se sont déroulées ce samedi de 14h à 20h, heure à laquelle les organisations syndicales ont adressé un mail à la direction indiquant que leurs revendications n’étaient toujours pas prises en compte. La direction a pourtant communiqué l’avant-projet stratégique remis à la Ministre de la Culture et de la Communication mercredi 1er avril et apporté tout au long des 7 heures de négociations des avancées majeures sur les revendications contenues dans les préavis. [...] Devant la suspension des négociations par les organisations syndicales, la direction a rappelé l'évolution indispensable de l'entreprise portée par le Président de Radio France et confirmée par la Ministre, la nécessité de prendre des engagements pour permettre à l'entreprise de retrouver un équilibre économique et d'assurer la pérennité de ses missions de service public.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.