Pour appréhender le roman culte de Mary Shelley, France Inter vous propose une expérience inédite : il vous suffit d’ouvrir vos oreilles et, en trois étapes contemplatives, recevez les clefs d’un récit qui traverse le temps en bousculant au passage quelques idées reçues sur les monstres.

Sculpture du Monstre de Frankenstein réalisée en bronze par le groupe KLAT (Genève)
Sculpture du Monstre de Frankenstein réalisée en bronze par le groupe KLAT (Genève) © AFP / Nina Larson

Comme il est plaisant d’ouvrir un livre à la première page, un chef-d’œuvre par exemple, et comme il est vertigineux de se laisser emporter par la prose et l’action, mêlées ensemble pour le meilleur de la littérature. 

Mais sachez que vous pouvez aussi savourer votre désir de lecture, et… patienter juste un peu avant d’ouvrir la boîte au trésor. Le plaisir devrait être encore plus intense ! 

Pour ce qui est de (re)découvrir le Frankenstein de Mary Shelley, je vous propose d’écouter d’abord trois émissions de France Inter qui devraient vous mener droit à la jouissance intellectuelle et littéraire qui animait la jeune écrivain lorsqu’elle bâtissait son histoire extraordinaire.

Ça peut pas faire de mal

L’émission de Guillaume Gallienne, Frankenstein, le chef-d'œuvre de Mary Shelley, nous emmène au cœur du livre lui-même, avec les récits enchâssés des protagonistes livrant leurs aveux et leurs souffrances. 

Dans la voix de Guillaume Galienne, celle de la créature du savant démiurge s’élève et révèle la qualité de son âme ainsi que sa bienveillance originelle :

Mon cœur était conçu pour abriter l'amour et la sympathie... mais dois-je être considéré comme le seul criminel quand toute l'humanité a péché contre moi ?

Les extraits choisis de l’ouvrage scandent les plaintes jusqu’à un paroxysme qui rejoint notre propre terreur de la solitude et de toute déréliction.

Autant en emporte l'histoire

La genèse d’un roman, surtout si celui-ci est devenu célèbre, contient bien souvent des signes essentiels à sa compréhension. 

À l’été 1816, Mary Shelley se retrouve en Suisse avec un groupe d’amis écrivains. Ce que ces jeunes gens vont vivre ensemble impressionnera la jeune fille et marquera son écriture, celle du texte Frankenstein ou le Prométhée moderne, publié en 1818 et devenu roman culte. 

Première de l’année 2018 pour l’émission Autant en emporte l’Histoire, la fiction Quand Mary Shelley créa Frankenstein relate cet été 1816 déterminant pour la jeune écrivain. 

La fiction écrite par Patric Nottret, qui écrit pour la radio depuis les années 1990, est réalisée par Christophe Hocké est diffusée ce dimanche 7 janvier 2018. 

Pour vous donner un avant-goût de cette fiction, en voici un court extrait : 

1 min

Mary Shelley créa Frankenstein

Par Patric Nottret, Christophe Hocké

Pour parler de la genèse de ce roman culte, Alain Morvan, spécialiste de la littérature anglaise et du roman gothique, est l'invité de Stéphanie Duncan.

L'Heure des Rêveurs

Pour ce moment de rêve à l'heure des monstres, Zoé Varier accueille l'auteur Jean-Jacques Lecercle qui redéfinit pour nous, en un passionnant entretien, la signification du monstre et son indéfectible présence à nos côtés. L'auteur contextualise également le roman de Mary Shelley avec les découvertes scientifiques de l'époque.

Jean-Jacques Lecercle :

Le monstre est un philosophe des Lumières ; il croit en la bonté naturelle de l'homme et en sa perfectibilité.

Jean-Jacques Lecercle est l'auteur de Frankenstein : Mythe et Philosophie, paru en 1988 aux éditions des Presses Universitaires de France.

Ici, une adaptation du roman de Mary Shelley pour le cinéma, en 1931, par James Whale, avec Boris Karloff dans le rôle du monstre et Colin Clive dans celui du docteur Frankenstein :

Mythe littéraire, Frankenstein ou le Prométhée moderne, est devenu, à travers de multiples adaptations, un mythe cinématographique. Il reste à jamais un élément essentiel de notre culture populaire.

Pour en savoir plus sur les monstres, vous pouvez consulter la publication Les monstres ont peur, eux aussi.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.