Toutânkhamon
Toutânkhamon © Maxppp

L'archéologue Nicolas Rheeves a fait une annonce fracassante le 1er octobre auCaire : la chambre funéraire du Pharaon Toutânkhamon aurait deux chambres secrètes à découvrir, dont celle de la reine Néfertiti ou de la courtisane Kiya . Pourtant les indices sont aussi minces que les chiffres touristiques égyptien.

Et si ce pauvre Howard Carter était passé à côté de deux autres tombes quand il découvrit en 1922 celle du Pharaon Toutânkhamon dans la Vallée des Rois ? Cette tombe découverte avec son trésor complet aurait en effet encore des secrets bien gardés. C'est ce que pense Nicholas Reeves mais aussi le ministre égyptien de l'archéologie Mamdouh Eldamaty .

Pour en parler, Mathieu Vidard et Axel Villard-Faure ont demandé leur avis à deux égyptologues : Pascal Vernus ( Directeur d'études émérite à l'École Pratique des Hautes Études ) et Marc Gabolde ( Maître de conférence à l'Institut Paul Valéry à Montpellier ).

Pour l'instant, aucun élément concret ne vient étayer la thèse de Rheeves. Si il est plausible que des salles aient été obturées, ce qui se trouve dans ces chambres est totalement hypothétique. Le travail de recherche est pour l'instant basé sur des photos et des observations d'irrégularités à la surface des murs, sous les fresques de la tombe royale. Mais il pourrait tout aussi bien s'agir de zones creusées pendant les travaux et rebouchées ensuite.

Marc Gabolde

Les traces que l'ont voit sont des irrégularités de la surface. Les interpréter comme traces d'ouvertures, c'est déjà un pas audacieux.

Le 4 novembre prochain, l'équipe de Rheeves fera venir un radar dans la chambre funéraire afin de voir si les deux chambres existent bien, et si c'est le cas ce qu'elles peuvent renfermer. Car le trésor de la tombe de Toutânkhamon est très complet. Et il existe une possibilité pour que Nefertiti ait déjà été découverte. En effet, la momie dénommée "Young Lady" découverte dans la tombe d'Amenhotep II pourrait fort probablement être celle de la célèbre Reine.

Si il s'avère que deux chambres sont dissimulées dans la tombe, les recherches risquent de s'avérer coûteuses et délicates, puisqu'il faudra préserver les fresques déjà présentes. Mais selon les deux égyptologues, le véritable enjeu de cette annonce et des recherches qui pourraient en découler est avant tout touristique. En effet, le pays, plongé dans un marasme économique et touristique, pourrait bien avoir besoin de l'aide de rois de jadis pour connaître un avenir florissant.

Retrouvez la Tête au Carré

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.