Henri Pajau, à l'âge de 27 ans, arborant l'uniforme du 143e régiment de Carcassonne
Henri Pajau, à l'âge de 27 ans, arborant l'uniforme du 143e régiment de Carcassonne © l'Indépendant

La commune d'Eus préparait depuis des mois l'enterrement d'Henri Pajau. La dépouille du poilu, originaire de ce village des Pyrénées-Orientales, avait été retrouvée en mai, sur un ancien champ de bataille de la première guerre mondiale en Meurthe-et-Moselle.

Henri Pajau est mort au combat. Par conséquent, il a droit à une cérémonie officielle. Les honneurs militaires lui ont été rendus.

Les militaires en arme saluent

Un cortège d'anciens combattants a accompagné la dépouille jusque dans sa tombe, à côté du monument aux morts. Sur son passage, les militaires en armes saluent, une quarantaine de drapeaux s'inclinent. Une minute de recueillement puis on entend la Marseillaise. Maryse Gorce, la petite nièce du poilu est émue par l'ampleur de la cérémonie. Plus de 500 personnes se sont effet déplacés dans ce village de 250 habitants. Lors de son discours, le maire d'Eus, José Montessino rappelle qu'une telle cérémonie a surtout pour but, de ne pas oublier. Tous les 11 novembre, désormais, la commune d'Eus rendra particulièrement hommage à Henri Pajau.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.