Le premier parc national au monde est américain. Lors de la conquête du nouveau monde, les pionniers ont découvert une nature grandiose, sauvage et extraordinaire. Il leur apparaît très vite évident qu'il faut la protéger… Les explications de François Brunet au micro de Jean Lebrun.

Selon François Brunet, la culture américaine est basée sur trois piliers :

  • la nature,
  • l’exceptionnalisme,
  • la liberté.

Très tôt chez une intelligentsia, on a cette idée qu’une culture américaine, une identité nationale, va pouvoir se créer contre l’Europe sur la nature. D’ailleurs la peinture et la photographie de paysage ont un statut de grandeur aux USA qu’elles n’ont pas ailleurs.

Les colons européens qui traversent le pays prennent très vite conscience que les paysages qu'ils rencontrent sont exceptionnels. En ce moment, vous pouvez observer dans l’exposition Une brève histoire de l’avenir au Louvre (Paris) quelques peintures remarquables de l’américain Thomas Cole, notamment son cycle "Le Destin des Empires" : la nature y transforme et colonise les civilisations pour aboutir à leur ruine et retourner à un état sauvage initial. Ce peintre new-yorkais s’est passionné pour la nature, et a entrepris de traverser les États-Unis pour aller la peindre…

Quand il ne peint pas, Thomas Cole écrit :

J’avais envisagé de décrire plusieurs régions, remarquables de pittoresque, et authentiquement américaines ; mais je crains d’abuser de votre temps et de votre patience. Toutefois, je ne peux m’empêcher de déplorer que la beauté de ces paysages s’éteint rapidement - les ravages de la hache sont visibles de jour en jour - les paysages les plus nobles sont dévastés, et souvent avec une gratuité et une barbarie indignes d’une nation civilisée.

Thomas Cole est considéré comme l'un des premiers peintres de paysage, mais aussi comme l’un des principaux précurseurs de l’idée de parc national aux USA . Une idée qui arrive très tôt : le parc de Yellowstone est créé en 1872 ; c’est le tout premier parc national au monde. Impressionnant quand on sait qu’en France, le premier parc national (la Vanoise) devra attendre 1963 pour être créé.

Pour Thomas Cole, la nature est une oasis à préserver pour l’avenir. Une idée proche de celle pensée par D.H. Thoreau dans Walden ou la Vie dans les bois : la nature est perçue comme une source de régénération morale.Il est ici lu par Guillaume Gallienne :

La nature sur le nouveau continent est exceptionnelle, sauvage, grandiose. Mais avec la ruée vers l’or, elle est rudement attaquée : en Californie, les contreforts des Sierra Nevada sont dévastés par les pionniers. De là naît, sans doute, la conviction qu’il faut accorder une protection (fédérale) aux espaces naturels.

Affiche publicitaire du parc national du Yellowstone, lithographie en 1938
Affiche publicitaire du parc national du Yellowstone, lithographie en 1938 © GraphicaArtis/Corbis

Cela revêt aux yeux des Américains une réelle importance :la guerre de Sécession qui déchire le pays n’empêche pas la création du parc du Yosemite en 1890 . Aujourd’hui, ce parc acceuille plus de trois millions de visiteurs par an, ce qui en fait l’un des sites naturels les plus visités du pays. Néanmoins, la nature y est excessivement protégée : seul 1% du Yosemite Parc est accessible aux touristes ; le reste est, pour l’essentiel, classé « aire sauvage ».

François Brunet :

Toute cette région est aride, voire désertique. On savait que construire les villes de Los Angeles, Las Vegas, Phoenix dans cet environnement-là était déraisonnable... mais la pulsion de la colonisation était plus forte.

Très rapidement, naît dans le parc du Yosemite l’un des débats fondamentaux du mouvement écologique : en 1900, la construction (ou non) d’un barrage dans la vallée de Hetch Hetchy qui approvisionnerait en eau San Francisco oppose Gifford Pinchot et John Muir. Se dégagent déjà les deux principales tendances du mouvement écologiste :

  • l’utilisation maîtrisée, sage et respectueuse des ressources naturelles (Gifford Pinchot)
  • la préservation stricte d’une supposé pureté originelle (John Muir)

Un débat qui est encore d'actualité...

Theodore Roosevelt et John Muir
Theodore Roosevelt et John Muir © Bettmann/CORBIS

►►► LIRE | L'Amérique des images. Histoire et culture visuelle des Etats-Unis de François Brunet (Hazan, 2013

►►► ÉMISSION | La Marche de l'histoire sur les parcs nationaux américains

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.