Samuel Paty est mort il y a un mois. Ce professeur d’histoire-géo, tué pour avoir évoqué et discuté de la liberté d’expression dans sa classe, a reçu un hommage national. Dans la communauté enseignante, cet hommage se poursuit. Certains prennent le temps de trouver les mots justes pour en parler aux élèves.

Dans chaque classe du collège Langevin à Sarzeau, une photo de Samuel Paty est collée au tableau.
Dans chaque classe du collège Langevin à Sarzeau, une photo de Samuel Paty est collée au tableau. © Radio France / Ouafia Kheniche

Dans cet établissement scolaire niché sur une presqu’île du Morbihan, le choc de la mort de l'enseignant n'a pas été moins fort qu'ailleurs. Il pose les mêmes questions aux élèves et produit le même désarroi chez les enseignants. Dans chaque classe du collège de Rhuys, il y a une photo de Samuel Paty. Dans le bureau du principal, Julien Bensussan, le visage du professeur d'histoire est aussi affiché au-dessus du bureau. "Je veux l'avoir en face de moi", explique le chef d'établissement.

"Reprendre cela en classe permet déjà d'être sûrs qu'on parle bien tous des faits"

Pour toute l'équipe du collège, il était important de revenir sur ce drame et d’insister encore plus qu’auparavant sur les concepts évoqués en cours d'éducation morale et civique (EMC). "C’était une demande des élèves de revenir sur cette actualité plombante", explique Julien Bensussan. "Il y a un besoin aujourd'hui que l'école s'en empare de nouveau. Reprendre cela en classe permet déjà d'être sûr qu'on parle bien des faits. On a décidé ensuite de parler de laïcité bien sûr, mais pas seulement. Collectivement, nous souhaitons évoquer plus largement les valeurs de la République."

Pour les enseignants, le besoin d'agir et de dialoguer avec les élèves après la mort de Samuel Paty.
Pour les enseignants, le besoin d'agir et de dialoguer avec les élèves après la mort de Samuel Paty. © Radio France / Ouafia Kheniche

C'est en général en EMC que sont expliquées et discutées ces valeurs. Ce sont en général les enseignants d'histoire qui consacrent des heures de cours dédiées sur ces thèmes à leurs élèves. Dans ce collège, les autres professeurs veulent, pour certains, s'emparer eux aussi de cette matière, générer des discussion et pourquoi pas un débat chez leurs élèves, des citoyens en devenir. "On est tous convaincus de l'importance de la tâche à mener", témoigne Claire Lenègre, professeure de Français, "mais on a besoin de temps, de l'échange avec les collègues et ça devrait être fait depuis cinq ans déjà. Depuis Charlie Hebdo on travaille dessus, mais on se rend compte que ce n'est pas encore assez. Et aujourd'hui avec la mort de Samuel Paty, je crois que ça devient de plus en plus urgent pour nous de construire quelque chose."

Étudier ensemble le discours d’Emmanuel Macron

L'enseignante a donc décidé de travailler en éducation morale et civique. Pour l'une de ses classes de troisième, cet après-midi, elle a choisi d'étudier le discours d’Emmanuel Macron. "Il a dû rendre hommage à un représentant de la Nation, des valeurs de la République et un professeur. Il le fait devant tout le peuple français le soir à la télé, par le biais d'un discours. Moi, ce que je veux faire comprendre en tant que professeur de français, j'aborde la question par le biais du poids des mots."

Après la diffusion de ce discours, l'enseignante interroge la classe sur le contenu de ce texte. Il y a quelques remarques, beaucoup d'interrogations et surtout une parole qui se libère du côté des élèves. La liberté, l'égalité, la laïcité, ces mots commencent à faire sens comme l'explique Yacine en sortant du cours : "Ça veut dire quelque chose d'important, c'est un peu compliqué, mais grâce aux professeurs, je commence à comprendre. Sur presque toutes les écoles, il y a écrit ça donc on doit comprendre ce que c'est."

Dans sa classe, l'enseignante a diffusé la vidéo de l'hommage du Président à Sanuel Paty à la Sorbonne.
Dans sa classe, l'enseignante a diffusé la vidéo de l'hommage du Président à Sanuel Paty à la Sorbonne. © Radio France / Ouafia Kheniche

Jeanne, sa camarade de classe ajoute : "Il y avait plein de choses qu'on ne savait pas. On se rend compte à quel point une petite information devient grosse, et comment ça peut créer beaucoup de dégâts, jusqu'à la mort pour Samuel Paty."

Un enseignant a été tué

Pour eux, ce dialogue, ces explications à la fois sur le drame mais aussi sur les valeurs défendues par l'enseignant, doivent être évoquées en classe avec leurs professeurs, comme l'explique Léa, une autre élève de la classe : "C'est important de communiquer avec nos enseignants sur ce qu'il s'est passé. Un enseignant a été tué. Nos enseignants sont là pour nous former, nous les futurs citoyens. Et vu qu'ils ont été touchés, ils auraient pu prendre peur mais ils sont toujours là pour nous apprendre la vie. En fait c'est un peu, avec nos parents, les gens qui nous mettent sur le droit chemin. C'est un peu des éléments essentiels de nos vies, nos professeurs."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.