Éléments de langage martelés, traitement partiel et partial de l'information... Sur la chaîne de télévision chinoise francophone, diffusée dans le monde entier, le traitement de la crise à Hong Kong fait la part belle aux déclarations des autorités. Au détriment des manifestants.

La chaîne entièrement francophone a été lancée en 2007.
La chaîne entièrement francophone a été lancée en 2007. © Capture d'écran CGTN

Le générique est pêchu, la voix un peu robotique mais assurée, et la situation à Hong Kong évoquée dès le début du journal : "l’affrontement se poursuit à l’université polytechnique", déclare la présentatrice de "CGTN-français", la version francophone de CCTV, la télévision centrale de Chine. 

Dans les journaux diffusés toute la journée du mercredi 20 novembre, l'antenne fait la part belle à la parole des autorités, comme cette intervention du commissaire de police de Hong Kong sur les tensions dans le territoire administratif : "avant tout, nous voudrions vraiment une résolution pacifique de l’affaire. Ensuite, nous voudrions aborder une approche souple et humaine dans la gestion de l’incident". Une interview très relayée dans les différents rendez-vous d'information, tout comme la position de fermeté du régime chinois vis-à-vis de Hong Kong.

Des éléments de langages répétés

À l’antenne, concernant l’occupation de l’école polytechnique de Hong Kong par des manifestants, certains éléments de langage sont martelés, répétés mot pour mot d’un journal à l’autre : "le site est depuis le week-end occupé par des radicaux", "les manifestants ont transformé le campus en un camp retranché contre la police", "lançant des bombes à pétrole et tirant des flèches"... 

18 sec

Des éléments de langage martelés d'un journal à l'autre

Par CGTN - Français

"Il y a un département de la propagande au sein du parti communiste chinois, qui donne les éléments de langage qui sont ensuite repris de manière obligatoire et non contestable par l’ensemble de la presse chinoise que ce soit en interne ou en externe", explique Valérie Niquet, responsable du pôle Asie à la Fondation pour la recherche stratégique : "Les journalistes qui souhaiteraient s’en affranchir peuvent être poursuivis."

La parole des manifestants quasiment absente

Dans les journaux d’information de CGTN – Français diffusés mercredi, contrairement aux déclarations des autorités, la parole des manifestants hongkongais est réduite à la portion congrue. Un journaliste interroge tout de même Robin, un manifestant de 24 ans qui "porte désormais un masque et s’habille en noir pour marquer son soutien aux manifestants dont ceux qui deviennent extrêmement violents", annonce le reporter de la CGTN. "Les manifestations sont la liberté", souffle Robin, qui répond à des questions pour le moins orientées : "pourquoi ne peuvent-ils pas juste arrêter ?", "qu’en est-il des manifestations interdites ?", "Donc les manifestants s’estiment au-dessus de la loi. Ils demandent une société sans loi ?"

Robin, unique parole de manifestant apparaissant dans un journal.
Robin, unique parole de manifestant apparaissant dans un journal. / Capture d'écran CGTN - Français

La chaîne met aussi l’accent sur la mort de cet homme de 70 ans, tué lors d’un affrontement avec des contestataires la semaine dernière. "L’homme avait été atteint à la tête par une brique lors d’une bagarre entre des contestataires et des habitants qui nettoyaient un barrage sur la route". L’occasion d’un micro-trottoir très sélectif de CGTN, qui retient uniquement la parole d’un habitant qui ressemble à un plaidoyer anti-manifestation : "Si les émeutiers ont une conscience, je souhaiterais qu’ils se rendent à la police, je souhaite aussi que les protestataires abandonnent leurs armes. Je pense que non seulement notre district mais aussi le monde entier souhaitent que la paix revienne à Hong Kong". 

Charge contre l' "ingérence américaine"

Au programme des éditions aussi, ce texte du Sénat américain adopté mardi à l'unanimité : un texte soutenant les "droits de l'Homme et la démocratie" à Hong Kong face à Pékin et menaçant de suspendre le statut économique spécial accordé par Washington à l'ancienne colonie britannique. Un geste condamné par les autorités chinoises. Leur parole à ce sujet occupe d'ailleurs une grande partie des journaux, avec un bandeau éloquent : "ingérence américaine à Hong Kong"

Le bandeau très connoté de la CGTN
Le bandeau très connoté de la CGTN / Capture d'écran CGTN - Français

Une chaîne francophone diffusée dans le monde entier

C'est en 2007 que la télévision centrale de Chine ("China Global Television Network") a créé cette chaîne exclusivement francophone. Elle est diffusée par trois satellites en Amérique, en Europe, en Asie et en Afrique. Au programme : feuilletons et dessins animés, en chinois avec sous-titres français, des documentaires, mais aussi des journaux télévisés, présentés depuis Pékin par des journalistes chinois bilingues. 

"La Chine, depuis la fin des années 2000, a décidé de considérablement développer et de mettre des moyens importants dans sa force de 'soft power', certains diraient de guerre de l’information ou de propagande, en multipliant les médias accessibles à l’étranger", décrypte Valérie Niquet, également auteure de l’ouvrage "La puissance chinoise en 100 questions".

Les journaux sont présentés depuis Pékin par des journalistes bilingues.
Les journaux sont présentés depuis Pékin par des journalistes bilingues. / Capture d'écran CGTN - Français

"Le public est autant interne qu'externe"

Mais quel intérêt le régime de Pékin trouve-t-il à se doter d’une chaîne francophone ? "La Chine renforce considérablement son influence auprès de pays qu’elle considère comme alliés", analyse Valérie Niquet. "Il y a  énormément de pays africains où la Chine est très présente, où elle a des intérêts très importants, où elle cherche à obtenir aussi le soutien de ces pays notamment à l’ONU, sur le vote d’un certain nombre de décisions."

"En même temps, les programmes produits sont aussi destinés à montrer aux dirigeants chinois eux-même que la chaîne 'fait son travail'. Le public est autant interne qu’externe", observe Valérie Niquet.

Une efficacité relative

Est-ce efficace ? "Je pense que la Chine et le régime chinois ont une vision très déformée de leur capacité de séduction notamment dans les grandes démocraties", estime Valérie Niquet. "Par ailleurs il y a un côté très lourd dans ces chaînes de télévision qui les rend très peu convaincantes : on voit que c’est de la propagande, on le voit avec les inserts dans les journaux qui apparaissent régulièrement. C’est très curieux pour un esprit qui n’est pas habitué à ce type de discours."

Et la chercheuse de conclure  : "Les autorités chinoises peuvent espérer séduire certains pays qui sont moins habitués à la liberté de la presse et qui pourraient considérer que le modèle chinois est très attractif. Mais ça ne suscite pas beaucoup d’intérêt en France par exemple. Les Chinois savent très bien que l’information est ouverte et qu’ils sont en concurrence avec des médias qui sont beaucoup plus informatifs ou objectifs." 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.