On vous l'aurait dit, vous n'y auriez pas cru. Alors que nous nous apprêtons à changer de décennie, retour sur les bouleversements qui ont marqué la période 2010-2019, sur le plan technologique, politique ou encore international.

Expérimentation de livraison par drone en Corée du Sud.
Expérimentation de livraison par drone en Corée du Sud. © AFP / Ministère sud-coréen de l'Intérieur et de la Sécurité

Qu'il semble proche et loin à la fois, ce mois de janvier 2010. Nicolas Sarkozy est alors à l'Élysée, le plus fort de la crise financière est passé, la France est sous la neige, le tube Bad Romance de Lady Gaga en tête des ventes, Laurence Ferrari aux manettes du journal télévisé de TF1. On est alors à l'aube d'une décennie riche en événements qu'au mieux seuls quelques rares oracles ont su voir venir. Passage en revue. 

Le Royaume-Uni décida de divorcer de l'Union européenne

S'il y a dix ans, on avait dit à un Anglais que son pays s'apprêtait à prendre la voie d'une sortie de l'UE, sans doute serait-il parti dans un grand éclat de rire. "You're kidding me!" Et bien non, et c'est sans doute l'un des événements majeurs de la décennie qui s'achève. 

En 2013, face à la surenchère eurosceptique qui divise son parti, le conservateur et pro-européen David Cameron promet d'organiser, s'il est réélu, un référendum dont la question sera "Pensez-vous que le Royaume-Uni devrait rester un membre de l’Union Européenne ?" La réponse arrive, cinglante, le 23 juin 2016, après une campagne où tous les coups sont permis : plus de 51 % des votants s'expriment en faveur du "leave". Coup de massue pour l'UE.

Après un interminable feuilleton, le Brexit est désormais programmé au 31 janvier 2020, sans que les modalités du divorce (autrement dit, les liens futurs avec le continent) soient à ce jour précisés.

Un milliardaire star de télé-réalité devint président des États-Unis

En 2010, Donald Trump promène depuis déjà sept saisons sa mèche blonde sur le plateau de l'émission de télé-réalité The Apprentice, diffusée par NBC. Le magnat de l'immobilier y fait passer des entretiens d'embauche sous forme d'épreuves, éliminant les candidats un à un, non sans les avoir soigneusement humiliés au passage. Sa phrase fétiche, "you're fired !" ("Vous êtes viré !") est devenue culte aux États-Unis, Trump a d'ailleurs son étoile sur le "Hollywood Walk Of Fame".

À cette époque, le milliardaire se rêve déjà à la Maison Blanche. Lors d'une interview, Donald Trump déclare envisager sérieusement de se présenter à l'élection présidentielle de 2012. "Ce pays est en perdition", lâche-t-il. Inutile de raconter la suite, faite d'une présidence chaotique menée à coup de tweets rageurs.

Des attentats djihadistes firent 263 morts en France 

Le milieu de la décennie 2010-2020 a été marqué par des attentats sans précédent en France. Le 11 mars 2012, un militaire est tué à Toulouse, dans une relative indifférence : on croit alors à un règlement de comptes. Mais Mohammed Merah ne s'arrête pas là. Le 15 mars, il abat deux autres soldats en pleine rue à Montauban et, quatre jours plus tard, trois enfants d'une école juive de Toulouse ainsi qu'un parent d'élève. Elle ne le sait pas encore, mais la France est au début d'une vague d'attentats commis au nom du djihadisme. Pour certains terroristes, Mohammed Merah fait d'ailleurs figure de modèle.

Le 7 janvier 2015, la rédaction de Charlie Hebdo est décimée par les frères Kouachi. Le 9 janvier, au lendemain du meurtre d'une policière municipale à Montrouge, Amedy Coulibaly prend en otage les clients de l'Hypercacher, porte de Vincennes, à Paris. Surviennent ensuite les attentats de masse : ceux du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, puis du 14 juillet à Nice. Sans oublier les attaques de moindre ampleur, qui ont tragiquement jalonné ces dernières années. D'après un décompte du Figaro, depuis 2012, 263 personnes sont mortes en France dans des attaques djihadistes.

► Écoutez notre podcast : 13 novembre, l'enquête

Le PS et les Républicains se firent éjecter dès le premier tour d'une élection présidentielle

En 2010, l'UMP revendique 250 000 adhérents, contre 200 000 pour le parti socialiste. En 2018, ils n'étaient plus que moitié moins au PS. L'hémorragie touche aussi Les Républicains : en juin 2019, le nombre d'adhérents à jour de cotisation tombe à 70 000. Il remonte à 130 000 en octobre dernier au moment de l'élection du nouveau président du parti.

De fait, la décennie aura vu les partis traditionnels entrer en déliquescence. Une recomposition du paysage politique qui trouve son apogée le 24 avril 2017 : François Fillon (20 % des voix) et Benoît Hamon (6 %) ne parviennent pas à se qualifier pour le second tour de la présidentielle. Le match se fera donc entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron... qui en 2010, était encore banquier d'affaires chez Rothschild. 

Autre élément marquant (et inattendu) de cette campagne : les meetings assurés par l'hologramme de Jean-Luc Mélenchon, comme ce 5 février 2017 à Paris  :

La société connut son "uberisation"

"Tu rentres comment ? En Uber ?" : cette phrase n'aurait jamais pu être prononcée en 2010. Et pour cause, la société californienne n'en est qu'à ses balbutiements, tout juste lancée à San Francisco sur iOS et Android (notons que, selon la légende officielle, les deux fondateurs d'Uber ont eu l'idée à Paris, alors qu'ils ne parvenaient pas à trouver de taxi). Le succès est exponentiel. Profitant de la libéralisation du transport de personnes en France, d'autres sociétés de VTC sont entrées dans la course, au grand dam des chauffeurs de taxi.

Le phénomène a donné lieu à la création d'un nom commun, "l'ubérisation", définissant une transformation rapide d'un secteur, induite par un acteur innovant. On pense aussi bien sûr au secteur touristique, avec l'arrivée de Airbnb.

L'être humain se mit à parler à son enceinte connectée

"Ok Google, raconte-moi une blague et éteins la lumière". Il y a dix ans, parler seul à votre enceinte ne pouvait - au mieux- que susciter le regard inquiet de vos proches ou de votre chat. Mais ça, c'était avant. La première enceinte connectée apparue sur le marché mondial est Amazon Echo, disponible aux États-Unis depuis novembre 2014, suivie de Google Home en 2016. 

Aujourd'hui, une trentaine de modèles se partagent le marché français. D'après une étude publiée par Hadopi et le CSA, en février 2019 un internaute français sur 10 possédait au moins une enceinte connectée Google Home, Amazon Echo ou Apple HomePod. Mais certains s'inquiètent de voir ces objets du quotidien se transformer, en raison de bugs ou de piratages, en possibles espions de notre vie privée

Des colis furent livrés par drone

Amazon a été le premier à imaginer, dès 2013, pouvoir livrer des colis par drone, ouvrant la voie à une course entre les géants du numérique. En pointe sur la question, le Rwanda et le Ghana ont signé un partenariat avec l'entreprise californienne Zipline pour acheminer vaccins, sang et médicaments par drone dans des zones reculées, à raison d'environ 600 vols par jour pour le Ghana. Zipline est capable de livrer du matériel en 30 minutes, ses appareils étant capables d'atteindre les 110 km/h. 

Ce mode de livraison reste plus timide aux États-Unis, où Wing Aviation a reçu en avril dernier l'autorisation de débuter une expérimentation à Christianburg dans l'État de Virginie. 

En France, la filiale de la Poste DBDgroup a été autorisée par la direction générale de l'aviation civile à livrer des colis par drone une fois par semaine entre Saint-Maximin-la-Sainte-Baume et Pourrières, un site isolé. Une deuxième ligne commerciale a ouvert en novembre en Isère, entre Fontanil-Cornillon et le village de Mont-Saint-Martin, à 760 mètres d'altitude.

La France remporta une seconde Coupe du Monde 

Qu'elle semblait loin la deuxième étoile sur le maillot des Bleus. En 2010, l'équipe de France de foot vit le plus grand fiasco de son histoire, lors du Mondial en Afrique du Sud. Pour protester contre l'exclusion de Nicolas Anelka, sanctionné après avoir insulté le sélectionneur Raymond Domenech, les joueurs décident de boycotter un entrainement et refusent de descendre de leur bus. L'épisode entache durablement l'image des Bleus. 

Knysna, 20 juin 2010 : les footballeurs de l'équipe de France quittent le terrain pour remonter dans leur bus, en protestation à l'exclusion d'Anelka.
Knysna, 20 juin 2010 : les footballeurs de l'équipe de France quittent le terrain pour remonter dans leur bus, en protestation à l'exclusion d'Anelka. © AFP / Franck Fife

Ce qui n'empêchera pas l'équipe de France, renouvelée en profondeur, de remporter sa deuxième coupe du monde à l'été 2018 face à la Croatie. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.