Brésil,  Rio de Janeiro, la baie de Guanabara
Brésil, Rio de Janeiro, la baie de Guanabara © Christopher Pillitz/In Pictures/Corbis

A Paris, le Brésil sera représenté par 48 auteurs lors du Salon du Livre. Le plus célèbre d’entre eux est Paulo Coelho. Il a vendu à ce jour 165 millions d’exemplaires dans le monde dans 170 pays. Bien connu aussi du public français, la sémiologue et journaliste installée à Paris, Ana Maria Machado, ou Paulo Lins, publié chez Gallimard, auteur de la "Cité des dieux", adapté au cinéma en 2002. A côté de ces quelques noms, la littérature brésilienne est celle d’un pays-continent aussi diverse et variée que ces contrées.

La littérature brésilienne : défrichage

Parcours au cœur de cette littérature et de ses courants avec Paula Anacaona, fondatrice des éditions du même nom.

Anacaona occupe une place à part dans le monde de l’édition française avec un catalogue exclusivement dédié à la littérature brésilienne. La maison existe depuis plus de cinq ans et compte déjà dans ses rangs quelques références parmi les auteurs les plus en vue de la scène littéraire brésilienne contemporaine. Paula Anacaona traduit elle-même les ouvrages qu'elle édite au sein de trois collections (Urbana, Terra et Epoca), représentatives des principaux courants littéraires actuels.

A l'occasion du Salon du Livre 2015, Paula Anacaona a accepté de jouer les guides littéraires pour nous ouvrir les nombreuses pistes de lectures où s’expriment afro-brésilianisme, favela et régionalisme. Sans oublier les classiques.

Elle conseille de lire une des pièces majeures de la littérature afro-brésilienne,L'histoire de Poncia de Conceiçao Evaristo, et L'aliéniste , J.-M. Machado de Assis, mâitre incontesté de la prose brésilienne. Dans cette nouvelle, sous forme de satire sociale et politique, publiée en 1881, dénonce le pouvoir médical arbitraire.

Le Brésil en livres: 7 titres incontournables> Paula Anacaona, entretien avec Maria Contreras, Sylvain Alzial et Anthony Richard de la Bibliothèque de Radio France.

Une politique culturelle en pleine expansion

Aidé par un contexte économique favorable, le Brésil, sous les présidences de Lula puis de Dilma Roussef, engage une action culturelle d’envergure. L’objectif est de nourrir l’âme du peuple brésilien, de toucher les classes populaires et de mettre en valeur le patrimoine national.

Alors que le budget culture de la plupart des pays subit des coupes drastiques, celui du Brésil progresse chaque année depuis 2002. Le pouvoir incite à la consommation de produits culturels, débloque des subventions en faveur de la création artistique. De nombreux musées et bibliothèques se créent, l’Etat soutient les artistes en tournée à l’étranger ou tout ce qui peut contribuer à faire émerger la culture brésilienne sur la scène internationale. Le livre, quant à lui, croît considérablement, avec une production et des ventes en constante progression.

LeSarau : tous artistes

Véritable phénomène au Brésil, il s’agit d’un rassemblement culturel où chacun peut exprimer son talent artistique. Organisé de manière informelle, généralement dans les bars , le Sarau s’applique à toutes les formes d’art et le plus souvent à la littérature. Le principe est simple : on se retrouve pour lire son propre texte ou celui d’un auteur. Ces rassemblements se sont largement développés pour atteindre aujourd’hui des affluences de près de 15 000 participants par semaine dans les différents quartiers des périphéries de Sao Paulo ou Rio.

C'EST AUSSI AU SALON DU LIVRE DE PARIS |

Faire le tour du monde en 20 livres >

Le Salon du Livre de Paris >

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.