Si l'art prenait une position conséquente face aux mauvaises choses de ce monde, il pourrait peut-être [...] avoir une influence favorable sur la culture (1)

blogcs vu lu pris
blogcs vu lu pris © Christine Siméone / Christine Siméone

Record de fréquentation à Beaubourg et au Louvre. Ne nous trompons pas. Comme dit Bertrand Lavier à qui j'ai dédié l'année 2012 sur ce blog : "Le chiffre de fréquentation n'est pas l'arbitre des élégances".

J'ai ouvert ce blog il y a un an avec ce titre pas du tout glamour, certainement pas racoleur et franchement étrange. "2012: Année Dada, chiche!", souligné par une phrase en exergue pour donner le ton : Ne serait-ce pas une fine plaisanterie de nouvel an que de se pencher sérieusement, une bonne fois, sur les questions de l’art ? (2). Avec une volonté de mettre en avant le poétique plutôt que le politique. La toile s'est tissée et renforcée au fil des semaines autour des affinités élues selon un scrutin très personnel. Premier élu de la famille Kurt Schwitters.

Je l'invite à nouveau à la table des échanges en ce début 2013, incitée par l'ouvrage dont je te parle, cher Lecteur depuis quelques semaines : "La révolution des avant-gardes - l'expérience de la vérité en art", signé Philippe Sers chez Hazan.

Je mets donc au menu du débat ce jour, et nous y reviendrons, cette citation de Kurt Schwitters :

"Si l'art prenait une position conséquente face aux mauvaises choses de ce monde, il pourrait peut-être [...] avoir une influence favorable sur la culture".

Kurt Schwitters , au début du XXième siècle fut le premier à utiliser les objets dans ses œuvres d’art. Pour lui ils sont une empreinte sensorielle de son vécu. Ainsi a-t-il conçu le Merzbau, œuvre totale, assemblage régulièrement enrichi d’objets et de traces, au fil de sa vie. Il l’appelait aussi «CATHEDRALE DE LA MISÈRE ÉROTIQUE ». Il y intégrait des objets au fil des événements, au hasard de ses trouvailles. Peints, collés, agencés, ils sont sa vie autant que son œuvre.

Schwitters, Merzbau
Schwitters, Merzbau © Avec l'autorisation de Scala group

Je rapproche cette réflexion du message d'Evelyne Laborda, posté le 29 décembre.

"Les résidus que nous sommes, pauvres ou riches, consommateurs d'Art se régalent de tous ces Hommes tellement révélateurs qui nous ouvrent le regard sur ce qui nous semble naturel. Les produits que nous consommons à outrance sont reproduits et re reproduits puis re re reproduits... Le bug mondial de la surconsommation n'est-elle pas celle du confort qui se conforte dans les œuvres. Œuvres si chics qu'elles en deviennent insolentes pour nos portefeuilles. L'Art n'est finalement destiné aux publics grands consommateurs et non plus aux amateurs qui ne demandent qu'à consommer... Et accessoirement se cultiver ! L'Art provocateur de pulsions d'achat ? Mais à quel prix ? Est-il si indécent d'en discuter chers Artistes ?".

Il m'est venu à l'esprit un verbe : se cultiver.__ Se cultiver, voilà un joli mot qu'il ne faudrait pas perdre de vue. Je ne sais s'il faut mettre en parallèle la disparition progressive des cultivateurs à la campagne et de l'envie de se cultiver en général. Se cultiver n'ayant rien à voir bien sûr avec la consommation de "culture". Je n'ose imaginer une grande expo Schwitters à Beaubourg... Le ferez-vous monsieur le directeur du Centre Georges Pompidou ?

Millet, Les glaneuses, 1857
Millet, Les glaneuses, 1857 © Google Art Project:

(1) Cette citation est tirée de "La guerre est la plus grande honte" 1923, dans "La révolution des avant-gardes - l'expérience de la vérité en art", Philippe Sers, Hazan.

(2) La phrase de Kurt Schwitters est tiré de __ i , Manifestes théoriques et poétiques. Edition établie par Marc Dachy, traduit de l'allemand par Marc Dachy et Corinne Graber, éditions Ivrea, Paris, 1994

"La révolution des avant-gardes - l'expérience de la vérité en art", signé Philippe Sers chez Hazan. Ici> et là>

Je vous fais une petite liste de cultivateurs que j'aime bien:

Le blog de Thierry Savatier: Les mauvaises fréquentations

L'incontournable Lunettes Rouges

La critique.org

Radio Quenelle radio cult...urelle qui n'a pas peur de croire en ce qu'elle fait

et Arman bien sûr

blogcs signature C Simeone
blogcs signature C Simeone © Radio France / C Siméone
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.