Alors que le covoiturage est devenu un mode de déplacement de plus en plus utilisé, des start-up se lancent sur un nouveau marché : le copiétonnage. Explications.

Trajets trop longs et peu sécurisés ? Une appli vous aide à trouver un co-piéton
Trajets trop longs et peu sécurisés ? Une appli vous aide à trouver un co-piéton © Getty

Plusieurs sites internet et applications proposent de vous mettre en relation avec d’autres personnes susceptibles de faire le même trajet que vous à pied, en transports en commun et, pourquoi pas, en trottinette.

On parle alors de copiétonnage (pour la version à pieds) avec cette idée que certaines personnes qui travaillent tard ou tôt peuvent préférer ne pas être seules pour se sentir davantage en sécurité.

Plusieurs services en ligne

Mon Chaperon propose d’être mis en contact avec des personnes pour partager vos trajets à pieds ou en bus avec un service tourné vers la sécurité. Vous avez la possibilité de désigner des proches afin qu’ils soient avertis à votre départ et votre arrivée, et qu’ils puissent également vous suivre en temps réel. Un bouton en cas d’urgence est également proposé en cas de souci. Enfin, il est offert la possibilité de devenir accompagnant contre rémunération et donc de trouver quelqu’un qui vous accompagne mais en payant.

Au-delà de la sécurité, favoriser le lien social

SoliMobi de son côté joue plus la carte du lien social et de l’éco-mobilité avec une offre 100% gratuite pour les particuliers et un modèle payant pour les collectivités et les entreprises.

Pour la fondatrice de l’application web SoliMobi, Héloïse Poëy-Noguez, l’idée est partie d’un fait divers : « Une femme s’était faite agressée dans les transports, et nous nous sommes dits qu’il y avait quelque chose à faire pour les particuliers pour rassurer, créer du lien social et favoriser l’éco-mobilité ».

Sécurité, lien social ou écologie, à vous de choisir !

►►►  Pour découvrir la chronique « Des applications pour copiétonner ou même cotrottiner ! » écoutez le Social Lab de Valère Corréard dimanche à 6h55 dans le 6/9 d’Eric Delvaux.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.