Les soldes ont commencé pour six semaines de surconsommation, mais à quel prix ?

Les soldes, synonymes d'hyper consommation pendant quelques jours
Les soldes, synonymes d'hyper consommation pendant quelques jours © Getty

L’industrie du textile est la deuxième industrie la plus polluante au monde après le pétrole. Une position qui est largement la conséquence de ce que l’on appelle la fast-fashion. Des vêtements à bas coût, produits dans des pays où la main d’œuvre est la moins chère avec toutes les conséquences que l’on imagine sur les conditions de travail. Et pour boucler la boucle, de (trop) nombreuses collections qui ne connaissent plus les saisons.

Si la fast fashion a permis de ne plus faire des vêtements un marqueur social en permettant une mode pour tous, elle fait croire aux consommateurs, en particulier en période de soldes, qu’il est possible de produire un T-Shirt en coton pour 3,90 euros sans conséquences sociales et environnementales (il faut quelques 25 000 litres d’eau pour sa fabrication). Cette promesse nous pousse à acheter toujours plus, quitte à laisser 70% de nos vêtements dans notre garde-robe !

Courir après une bonne affaire est une opportunité, acheter sans compter avec la seule obsession de faire des économies n’est pas durable. La période est aussi propice pour découvrir de nouvelles opportunités pour s’habiller : acheter d’occasion avec de nombreux sites internet en ligne ( Vinted, VideDressing). Louer ses vêtements est une autre option avec notamment Tale Me ou Les cachotières. Enfin, vous avez le troc qui ne s’est jamais vraiment démodé, Trocvestiaire est par exemple sur ce créneau

►►► Pour découvrir le dossier « Le boycott « bienveillant » pour changer les pratiques des entreprises  » écoutez le Social Lab de Valère Corréard dimanche à 6h55 dans le 6/9 de Pierre Weill.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.