Femme enceinte
Femme enceinte © Fotolia

Récemment, le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Nantes a ordonné au Parquet d’inscrire à l’état civil français des actes de naissances de trois enfants nés par GPA en Ukraine, en Inde et aux États-Unis. Il s’agit d’une application de deux arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme.

Pascale Clark recevait dans son émission A’live des parents d’enfants nés de la GPA et des représentants d’associations militantes. Elle revient sur la GPA, la gestation pour autrui, et recueille des témoignages de parents qui y ont eu recours. Démarches, coûts, assurances, combat judiciaire … Ils racontent leur histoire.

Comment vivre quand son enfant est un "fantôme de la République"?

Serge Falcou, adhérent à l'APGL (Association des Parents et futurs parents Gays et Lesbiens) :

Nous avons rédigé une page recto verso avec quelques photos, présentant notre famille, notre projet et pourquoi nous voulions un enfant (...) Aux États-Unis ce sont les mères qui choisissent les parents, l’agence leur présente des dossiers. Donc, elle a décidé qu’elle voulait le faire avec nous. On s’est ensuite rencontrés, on a discuté pendant deux ou trois heures…

Serge Falcou :

On ne pense pas du tout à tout ce à quoi on doit penser quand on va avoir un enfant par mère porteuse : qu’est-ce qu’on fait en cas de malformation, de problèmes de santé, etc ?

Alexandre Urwicz, président et co-fondateur de l'Association des Familles Homoparentales :

Aux États Unis, une valorisation est faite sur les mères porteuses… [...] En France, un sondage IFOP de 2014 nous dit qu’il y a 64% des Français qui ont une bonne image des mères porteuses

26 min

Extrait A'live 26 mai - Paroles de parents d'enfants nés par GPA

Aller plus loin

►►►RÉÉCOUTEZ | l’intégralité de l’émission A'live (26 mai 2015)

►►►RÉÉCOUTEZ | La gestation pour autrui, la chronique de Serge Hefez (20 mai 2015)

►►►RÉÉCOUTEZ | GPA interdite: enfants fantômes ! la chronique d'Anette Ardisson (24 mai 2015)

►►►DEPECHE | GPA : le tribunal donne tort à Manuel Valls (15 mai 2015)

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.