Dans Paroles de Soldats, Les français en guerre 1983-2015 (Tallandier), les témoignages inédits de ceux qui font la guerre aujourd'hui.

On connait mieux la vie dans les tranchées en 1914 que celle dans les campements armés des déserts et des aéroports africains . On ne connaît de la guerre d’aujourd’hui que son récit politique et géopolitique médiatisé et contrôlé (désormais la communication fait partie de la formation des officiers). Pourtant l’Armée, l’institution, le sent, il existe dans ses rangs un besoin de paroles. Elle a donc laissé Hubert le Roux et Antoine Sabbagh, l'officier d'active et l’historien, écouter ses soldats.

La routine et la douleur

Ils sont soldats, officiers, sous-officiers, hommes des forces spéciales, médecins ou infirmiers et essentiellement issus de l'armée de terre. Depuis 1983 au Liban et au Tchad, jusqu’au Mali récemment en passant par l’Irak ou la Libye, ils parlent à l’occasion des entretiens accordés àAntoine Sabbagh et Hubert Leroux. Des centaines d’heures enregistrées et retranscrites, recoupées pour qu’ ils se fassent écho les uns aux autres.

Ils racontent la routine, les opérations qui se déroulent bien, le danger moins grand que prévu, les frustrations d’un cessez-le-feu alors qu’on espérait entrer dans Bagdad, les opérations mal organisées ou au contraire parfaitement réussies, mais aussi la peur, les insomnies des années après les combats, les vies de famille ruinées ou l’insensibilité à la douleur des autres.

C’est la première fois qu’autant de détails sont publiés, comme le récit des pilotes de Mirage 2000 aux mains de Mladic pendant des mois en ex-Yougoslavie.

Les témoignages sont souvent émouvants, livrés de manière assez factuelle, parfois candides comme celui de cette jeune infirmière, partie dans un hôpital en Afghanistan, sans préparation et traumatisée par le suicide d’un collègue.

Le tableau complet des traumatismes

Se dresse dans ces pages un tableau quasi-complet de tous les traumatismes endurés par les militaires en opérations. Comme ils disent eux-mêmes, le traumatisme se révèle quelques mois après le choc, peut disparaître et à nouveau revenir. La prise en charge psychologique , balbutiante il y a trente ans, devient plus systématique mais restreinte. Reste au bout du chemin beaucoup de solitude.

Une question lancinante revient entre les lignes : quels sont les ordres, qui est l’ennemi ?

Cette incertitude, surprenante pour le lecteur, est pourtant le sujet principal de préoccupation.

Question non moins lancinante ensuite : pourquoi et comment ces femmes et ces hommes endurent la douleur, la leur, celle des autres. La mort est présente partout, pour sa menace, sa promesse ou sa fulgurance et elle hante ses pages. Les soldats racontent la mort des leurs, celle de leurs ennemis et les traces qu'elle laisse chez les vivants, militaires et civils, adultes ou enfants.

L’armée libère la parole désormais mais voudra-t-on entendre le quotidien de ces soldats ?

Paroles de Soldats, Les français en guerre 1983-2015 , Tallandier

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.