Un nouveau concurrent solidaire aux sites de ventes en ligne

Achat en ligne
Achat en ligne © Getty / Atomic Imagery

Alors que la frénésie des « bonnes affaires » bat son plein depuis mercredi avec les soldes d’hiver pourquoi ne pas sortir des sentiers battus et opter pour des achats qui conjuguent bon prix et utilité sociale ?

Un nouveau concurrent solidaire aux sites de ventes en ligne

C’est le pari de la nouvelle boutique en ligne lancée fin 2016 par Emmaüs France : «Label Emmaüs » . Auto-proclamée « première place de marché solidaire en ligne » il s’agit pour l’association de proposer une alternative crédible aux sites marchands comme « le bon coin » ou « Amazon » en « portant les valeurs du mouvement Emmaüs : une deuxième vie pour les objets, une seconde chance pour les hommes ».

Une offre complète à bon prix

Vous trouverez une multitude d’objets issus de la récup’ classés par catégorie (Mobilier, déco, maison, mode, culture-loisirs, enfance et multimedia), mais aussi des objets issus des ateliers de création d’Emmaüs. Pari réussi côté prix avec quelques exemples de pépites en ligne : un pull marinière à 4 €, un grand bureau à 20 € ou encore un smartphone à 34 €. Le site propose également des objets de valeur dans d’autres fourchettes de prix.

Solidaire de A à Z

Les annonces du site sont mises en ligne par des bénéficiaires d’Emmaüs, des salariés en insertion se chargent du développement web ou encore de la logistique et du service après-vente. Chaque achat est solidaire puisque la somme sert à financer l’activité de personnes en situation de précarité qui ont notamment pour mission de rénover les objets vendus sur le site.

Label Emmaüs est donc une bonne alternative avec un site fonctionnel et très complet, un service de livraison à domicile ou en point relais. Une alternative crédible pour chiner solidaire en 2017 !

►►► Pour découvrir la chronique « Une association s’attaque aux stages de 3ème avec un réseau pour ceux qui n’en n’ont pas » écoutez le Social Lab de Valère Corréard dimanche à 6h45 dans le 6/9 de Patricia Martin.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.