Est-ce que les gestes écologiques individuels suffisent pour enrayer la destruction de la planète ? "Certainement pas", écrivait l'écrivain américain Derrick Jensen dans un texte provocateur en 2009. Faut-il alors baisser les bras ? "Non plus" répond l'écologiste Cyril Dion. Explications.

Réchauffement climatique : pourquoi les douches courtes, ça ne suffit pas...
Réchauffement climatique : pourquoi les douches courtes, ça ne suffit pas... © Getty / Fernando Trabanco Fotografía

"Oubliez les douches courtes"

... ou "Forget Shorter Showers" en langue originale. Cet édito de l'activiste et écrivain américain Derrick Jensen a été publié dans Orion Magazine en 2009. Il y revenait sur le documentaire Une vérité qui dérange, sorti trois ans plus tôt, où on voyait l'ancien candidat à la présidence états-unienne, Al Gore, alerter sur le réchauffement climatique. Un documentaire qui, pour un problème bien réel, propose des solutions biaisées, selon Derrick Jensen : "avez-vous remarqué que toutes les solutions présentées ont à voir avec la consommation personnelle – changer nos ampoules, gonfler nos pneus, utiliser deux fois moins nos voitures – et n’ont rien à voir avec le rôle des entreprises, ou l’arrêt de la croissance économique qui détruit la planète ?" 

Même si chaque individu aux États-Unis faisait tout ce que le film propose, les émissions de carbone ne baisseraient que de 22%. Le consensus scientifique stipule pourtant que ces émissions doivent être réduites d’au moins 75%.

Cyril Dion, qui était invité au micro d'Ali Rebeihi dans Grand bien vous fasse, revient sur ce constat :

"Si on se contente de dire "faites des petits gestes" (« prenez une douche plutôt qu'un bain », « éteignez la lumière », « prenez votre vélo ») et qu'on regarde l'impact que ça a en terme de chiffres, malheureusement, c'est très nettement insuffisant.

Par exemple, l'eau. Vous prenez tous les jours une douche très courte plutôt qu'un bain - voire même, vous ne prenez pas de douche tous les jours. Vous économisez l'eau à mort, vous faites la vaisselle avec des bassines... En réalité, l'eau que consomment les particuliers, c'est 9% [de la consommation globale]. L'essentiel de l'eau qui est consommée (et gaspillée), c'est l'agriculture et l'industrie

Sur les déchets, vous êtes hyper zéro déchet. Vous allez acheter des fringues d'occasion, faire vos courses avec des tupperwares... Malheureusement les déchets domestiques, ce n'est que 8,5% en France"

Autrement dit : on a besoin de changements qui soient plus systématiques.

Quelle(s) solution(s) pour un avenir moins sombre ?

Ce constat ne démoralise pas Cyril Dion : "ce qui nous a amené à cette catastrophe écologique, c'est un modèle de société, un récit. Ce qu'on peut faire, c'est changer ce récit , d’abord à l'intérieur de nous-mêmes. Si vous vous contentez de faire des petits gestes, c'est un peu comme si vous disiez « moi je travaille chez Total mais j'y vais a vélo, donc ça va, parce que quand je vais au vélo, je ne consomme pas de gaz à effet de serre ». Sauf que toute la journée, toute votre activité est consacrée à faire avancer la stratégie de Total, qui est une catastrophe sur la planète".

Pour Cyril Dion, ces petits gestes sont intéressants à partir du moment où :

1 - Ils créent une conversation

... qui potentiellement ensuite peut amener à un changement d'imaginaire, un changement de représentation des choses. Quand vous dites que vous devenez végétarien, quand vous dites que vous allez en vélo au boulot, c'est l'occasion de raconter une histoire qui peut se propager, au point que des villes peuvent se dire "on va faire 1400 km de piste cyclables" et on va faire plus de place au vélo

2 - Ils sont le début de la révolution 

J'arrête d'être prisonnier de ce système où je dois simplement aller travailler pour ramener un salaire (être un bon petit soldat de la machine productiviste et consumériste) et je me dis « Non je suis sur cette planète pour faire quelque chose qui me passionne, pour exprimer quels sont mes talents et pour faire quelque chose qui est utile et qui participe à construire un monde dans lequel j'ai envie de vivre ».

Et l'écologiste conclue, optimiste :

La meilleure façon de changer le monde, c'est de faire le truc qui nous passionne le plus.

Aller plus loin

  • le texte de Derrick Jensen complet, traduit en français ici, et monté dans une vidéo, également en français, ci-dessous
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.