En découvrant que les mégots de cigarettes sont en plastique (acétate de cellulose), cet Américain a eu une idée.

Taylor Lane (Capture d'écran de la vidéo "The Roach Tail")
Taylor Lane (Capture d'écran de la vidéo "The Roach Tail")

Un mégot met 15 ans pour se dégrader dans la nature et il a une capacité de pollution sous-estimée : il contient plus de 4000 polluants à lui seul ! Métaux lourds, nicotine, résidus de pesticides, plastique, tout un programme… Et il peut contaminer jusqu’à 500 litres d’eau, on estime d’ailleurs que c’est le troisième déchet le plus mortel des océans.

En participant à des nettoyages de plages californiennes, Taylor Lane a réalisé le fléau que représentent les mégots dans la nature. Sa participation à un concours (« Creators and Innovators ») qui récompense les créateurs de planches de surf utilisant des matériaux recyclés a mis la lumière sur son idée qui a obtenu le premier prix. Une planche de surf contenant plus de 10 000 mégots de cigarettes. Il aura fallu plusieurs essais à ce jeune designer avant de réussir à mettre sur vagues un modèle qui flotte.

La bonne nouvelle est que cette planche est parfaitement utilisable, pour preuve, une vidéo a été postée par cet audacieux : 

Et Taylor Lane n’a pas l’intention d’en rester là : une campagne de financement participatif est actuellement en cours pour financer un film documentaire sur le surf environnemental dans le but d’inspirer un maximum de monde sur la question de la préservation des plages et des océans.

►►► Pour découvrir le dossier « Jeter son mégot par terre, pas si anodin » écoutez le Social Lab de Valère Corréard dimanche à 6h55 dans le 6/9 d’Eric Delvaux.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.