Léa a réussi à échapper au recrutement des djihadistes
Léa a réussi à échapper au recrutement des djihadistes © Radio France

Lila a trois ans et demi, et sa mère n'a plus de nouvelle d'elle depuis les dernières vacances scolaires. C'est là qu'elle l'a confiée à son père, pour un séjour d'une semaine en Tunisie. Depuis, il est sans doute parti faire le djihad en Syrie.

L'avocat lillois Franck Berton vient de déposer une plainte pour enlèvement d'enfant, en lien avec une entreprise terroriste, au nom de Magali Laurent. Cette habitante de la région parisienne soupçonne son ex-mari d'être parti faire le djihad en Syrie, en emmenant leur fille.

C'est le dernier mail envoyé par cet homme qui lui fait craindre le pire. Il a été écrit, selon les enquêteurs, depuis le sud de la Turquie, à la frontière syrienne. Depuis, la mère est persuadée que son ex-mari a l'intention de passer en Syrie avec Lila, si ce n'est déjà fait.

Le dernier contact via internet était plus qu'inquiétant : Magali Laurent le raconte à Cécile Bidault

Il m'a envoyé ce message : "Lila va bien. Elle est en bonne santé. Je jure par Allah que je n'ai pas fait ça pour me venger de toi. Qu'Allah te donne patience dans cette immense épreuve."

Ça va être le combat de ma vie, je remuerai ciel et terre pour la retrouver.

Les soupçons s'étaient éteints

Plusieurs signes l'avaient déjà alertée depuis début 2014 : une pratique de plus en plus radicale de l'Islam, des propos en faveur du djihad et des attentats de Charlie Hebdo . Mais ces derniers temps, le comportement de son ex mari s'était normalisé. Quand il lui a annoncé qu'il partait chez ses parents en Tunisie avec Lila pour les vacances, elle ne s'est pas méfié.

Aujourd'hui, Magali n'a plus qu'un espoir : que l'homme et l'enfant n'aient pas encore franchi la frontière syrienne. La police a perquisitionné l'appartement du père, à Nanterre, et a saisi son ordinateur, ainsi que des livres religieux. L'avocat lillois Franck Berton, qui défend la jeune femme, demande aujourd'hui au parquet antiterroriste de se saisir du dossier, et à la France d'intervenir, en lien avec la Turquie.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.