350.000 dollars pour chasser un rhinocéros
350.000 dollars pour chasser un rhinocéros © reuters

L’Afrique du Sud a annoncé, ce mardi, son intention d’évacuer plusieurs centaines de rhinocéros du parc Kruger, pour lutter contre le braconnage qui décime l’espèce depuis plusieurs années.

La ministre de l’Environnement Edna Molewa a annoncé : « nous avons pris une décision sur cette question de leur déplacement », ce qui confirme la décision de capturer et d’envoyer des centaines de rhinocéros vers d’autres réserves du pays, ou à l’étranger. Aussi grand que la Belgique, le Parc Kruger n'est plus un endroit sur pour les animaux, même s'il est le plus visité des parcs naturels d'Afrique du Sud.

Les précisions avec Pierre Donadieu, correspondant à Johannesburg

Sam Ferreira, scientifique attaché aux parcs nationaux sud-africains, a précisé

Nous pourrons en déplacer jusqu’à 500

Un braconnage ultra-violent

Lors du dernier recensement, en 2013, le nombre de rhinocéros du Parc Kruger était estimé entre 8400 et 9600 animaux. Sur les six premiers mois de l’année 2014, 370 rhinos ont été tués au sein même du parc, et 558 dans l’ensemble du pays.

Les braconniers, essentiellement venant du Mozambique frontalier, usent de méthodes barbares pour ne pas se faire repérer. Ils utilisent des anesthésiants et non des armes à feu. Ils décornent ensuite les animaux, vivants, à la hache. Le rhinocéros se réveille et meurt après une longue agonie des suites de ses blessures. Ce sont les cornes qui sont convoitées. La médecine asiatique raffole de la poudre obtenue à partir de cette partie de rhinocéros.

Jusqu’à présent, l’Afrique du Sud avait déployé des moyens militaires dans le parc pour tenter de dissuader les braconniers. Mais l’ampleur du massacre a poussé le gouvernement à envisager d’autres moyens. D’après le gouvernement sud-africain, cette étape de déplacement de rhinocéros n’est qu’un premier pas vers la mise en place de conditions durables pour la protection des zones naturelles.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.