Comment élever ses enfants sans élever la voix ? Comment se convertir à l’éducation bienveillante ? Guillaume Erner, son invitée Nathalie de Boisgrollier, auteur d’un guide pratique sur ce mode éducatif, et le psychologue Serge Hefez ont fait le point sur cette nouvelle façon d’élever les enfants.

►►► Écoutez l’émission Service public en intégralité

L’éducation bienveillante, qu’est-ce que c’est ?

L'éducation bienveillante est le juste équilibre entre l’éducation traditionnelle, plutôt autoritaire, et une éducation trop protectrice, qui n'est pas bonne non plus

Nathalie de Boisgrollier : "C’est un modèle d’éducation qui nous vient des Etats-Unis ou du Canada, où il existe beaucoup d’études sur le comportement et la psychologie positive. Les chercheurs se sont aperçus queles enfants maltraités avaient plus de risque de reproduire la violence avec leurs enfants . On a constaté que les enfants élevés dans une famille stressée, ou angoissée avait plus de risque de développer plus tard un manque d’estime de soi. De manière générale, l'éducation bienveillante est le juste équilibre entrel’éducation traditionnelle, plutôt autoritaire, et une éducation trop protectrice, qui n'est pas bonne non plus."

Comment fait-on pour ne pas perdre son sang-froid ?

Il faut que le couple s'entende pour émettre le même message

Nathalie de Boisgrollier : " La première chose est de se mettre en cohérence avec son partenaire. Très souvent l'un des parents dit quelque chose à l’enfant et une demi-heure après l'autre le contredit. Il faut que le couple s'entende pour émettre le même message.

Il faut ensuite, connaître quel enfant on a été, et quelle éducation on a reçue. Albert Jacquard disait qu’on hérite tout de notre famille, mais que pourtant, personne n’est programmé à l’avance.

Admettre que nos propres parents nous ont donné ce qu’ils pouvaient, ce qu’ils savaient en fonction d’un contexte . À une certaine époque, les enfants ne parlaient pas à table, aujourd’hui, c’est normal qu’ils s’expriment !"

Faut-il masquer sa colère ?

Contenir sa colère est vain

Nathalie de Boisgrollier : " Non, quand on est fâché, il faut l'exprimer. On a le droit de dire quelques heures après, qu'on était en colère et qu'on est parfois allé trop loin. Pourquoi ? Parce que contenir sa colère est vain. Elle va s'exprimer à travers le ton de la voix, la gestuelle et même nos odeurs corporelles ! Cacher ne sert à rien, puisque la personne en face va la percevoir."

L’éducation bienveillante rentre-t-elle en conflit avec les règles ?

Il faut appliquer les régles et être cohérent : je fais ce que je dis, et je dis ce que je fais

Nathalie de Boisgrollier : "Non, les règles sont très importantes. Mais il faut être cohérent : "je pense ce que je dis, et je dis ce que je fais ". J'ai vu une mère de famille crier à son fils, que même s'il était capable de grimper sur une balustrade, elle le lui interdisait parce que ses frères risquaient de l'imiter. Il aurait été plus simple de dire "je ne veux pas que tu grimpes sur cette balustrade"

### ►►► Écoutez l’émission Service public en intégralité

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.