Bruniquel
Bruniquel © Radio France

C'est une découverte qui change une fois encore la vision que nous avons de l'homme de Néandertal. Dans le Tarn-et-Garonne, à Bruniquel, des spéléologues avaient découvert une grotte dans les années 90. Dedans, 400 morceaux de stalagmites posées au sol, parfois les unes sur les autres comme un Légo. Des structures qui datent de 176 500 ans. Voilà qui recule considérablement l'occupation de grottes par l'homme puisque la plus ancienne trace formelle datait jusqu'ici de 37000 ans : la grotte Chauvet. La grotte de Bruniquel surplombe la vallée de l'Aveyron. Son emplacement exact reste secret. Découverte par un adolescent spéléologue en 1990, elle a très vite été classée patrimoine naturel remarquable par les services de l'état, puis plus rien. Jusqu'à ce que d'autres spéléologues emmènent en 2011 Sophie Verheyden , géologue de l'Institut royal des sciences naturelles de Belgique sur place. Avec sa taille mannequin, la scientifique peut passer le boyau étroit et découvre alors la majestueuse galerie de 300 mètres, remplie de stalagmites et autre coulures de calcite .Elles ont 176 mille 500 ans. Ces stalagmites arrachées au sol puis sectionnées et déposées avec soin sont 140 000 ans plus vieilles que les peintures de la grotte Chauvet en Ardèche. Voilà qui bouleverse la chronologie de l'occupation des grottes par l'homme souligne Dominique Genty spécialiste de l'étude du climat au travers des stalagmites au CNRS.

D'un point de vue archéologique, c'est une surprise totale

Le plus étonnant est la disposition. de ces tronçons de stalagmites que le temps a recouvert d'une croute de calcite. Jacques Jaubert professeur de préhistoire à l'université de Bordeaux.

Ce sont dés éléments de construction relativement calibrés. Les plus grands font un mètre vingt de long, ça ne peut être manipulé qu'à deux personnes

A cette époque, seul Néandertal est présent dans la région. C'est donc à lui que reviennent ces constructions. Dans quel but est-il allé sous terre à 330 mètres de l'entrée de la grotte et a t-il réalisé cet assemblage ? On l'ignore encore. Etait-ce pour chasser des animaux ? Pour des rites funéraires ? pour simplement laisser une trace ? Une chose est sûre car des traces de feu et d'os brulé en attestent : dans le noir complet, il a su créer des éclairages et les maintenir.

►►► VOIR | Le film de la découverte réalisé par le CNRS

Bruniquel
Bruniquel © Michel Soulier
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.