Si vous rencontriez un homme de Néandertal dans le métro, ce qui vous frapperait certainement le plus, c'est sa face : Une face très longue, projetée vers l'avant, avec un appendice nasal très spectaculaire, un bourrelet sus-orbitaire très marqué au dessus des yeux et un front fuyant

Jean-Jacques Hublin , paléoanthropologue, directeur du département "Évolution Humaine" de L'institut Max Planck

__

Néandertal
Néandertal © MaxPPP

Malgré son génome quasiment identique à celui de l'homme moderne, les traits de l'homme de Néandertal apparu il y a 200 000 ans sont complètement différents. Des chercheurs new-yorkais ont observé les mâchoires de plusieurs Néandertaliens et ont conclu que tout est une question de croissance.Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont observé au microscope électronique la surface osseuse pour essayer de reconnaître des signes d'apposition ou de résorpsion. C'est à dire que des cellules sont spécialisées dans la construction du squelette et d'autres dans la destruction du tissu osseux et au cours de la croissance, c'est l'interaction entre ces deux groupes de cellules qui crée des formes différentes.

Principal enseignement de cette étude, chez l'homme moderne, au cours de la croissance, c'est la résorption qui l'emporte alors que chez les Néandertaliens, tout au long de la croissance, on note l'apposition de couches d'os successives, ce qui donne au final ce résultat très spectaculaire avec cette face très développée.Éclairage sur cette étude avec Jean-Jacques Hublin, le premier paléoanthropologue à avoir utilisé des scanners médicaux pour étudier les fossiles de nos ancêtres .

Les résultats de ces recherches ont été publiés lundi dans Nature Communication

►►► POUR ALLER + LOIN

La Tête au Carré de Mathieu Vidard

Les Savanturiers de Fabienne Chauvière avecJean-Jacques Hublin

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.