Invité au micro d'Ali Rebeihi dans l'émission "Grand bien vous fasse", le psychiatre Christophe André réagit à cette idée reçue.

Tristesse ou dépression ?
Tristesse ou dépression ? © Getty / Alice Mollon

Christophe André : "Il y a du vrai et du faux... 

Ce qui est vrai, c'est qu'il ne faut pas tout médicaliser. Ce n'est pas anormal d'être triste, ça ne veut pas dire qu'on fait une dépression. Ce n'est pas anormal d'avoir des oscillations d'humeur, d'être un jour de bonne humeur et un jour de mauvaise humeur : on n'est pas forcément bipolaire. Un enfant un peu dynamique, extraverti n'est pas forcément un enfant hyperactif. 

Ok, on est bien d'accord avec ça.

Par contre, ce qui est vrai aussi, c'est que si nous voyons des problèmes peut être un peu plus largement que n'auraient tendance à le voir les gens qui ne sont pas psy, c'est parce qu'on a l'œil, parce qu'on est attentifs à la souffrance. 

C'est parce qu'on vit aussi une époque où ces problèmes sont pris en compte. Il y a un siècle de cela, les gens malheureux s'abrutissaient dans l'alcool, les femmes battues se taisaient et supportaient les coups... Il y avait beaucoup moins de problèmes puisqu'on considérait que ce n'en étaient pas ! 

Aujourd'hui, on considère que l'épanouissement d'une personne, la diminution de ses souffrances, c'est un objectif légitime et donc effectivement ça donne l'impression qu'on voit des problèmes là où autrefois on n'en voyait pas. C'est ce qu'on appelle un progrès.

Aller plus loin

🎧 Retrouvez Christophe André pour des chroniques régulièrement sur notre antenne (toutes les chroniques sont réécoutables ici, elles sont également podcastables via RSS ou via iTunes)

🎧 Grand bien vous fasse : Quelques idées reçues sur la psy et nos comportements

📖  Lire aussi : "Les dépressifs manquent de volonté" : le psychiatre Christophe André, exaspéré, démonte cette idée reçue

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.