L’industrie du textile est la deuxième la plus polluante au monde, et 70% de nos vêtements dormiraient dans nos placards.

Louer plutôt que d'acheter ses vêtements
Louer plutôt que d'acheter ses vêtements © Getty / Tetra Images

La « fast fashion » est un fléau. Chaque fois que nous achetons dans une grande enseigne un vêtement à prix bas (hors labels bio par exemple) cela pose question. Sur le plan social d’abord, les ouvriers du textile travaillent le plus souvent dans des pays où le droit du travail n’existe pas. D’un point de vue environnemental ensuite, avec un quart des pesticides utilisés dans le monde pour la culture du coton, des produits chimiques et des métaux lourds dans nos habits...la liste est longue. 

La solution, pour certains, serait d’aller vers un modèle plus vertueux où la propriété n’est plus la règle dans un contexte où chaque Français jette chaque année 12 kilos de vêtements, et n’en recycle qu’un tiers.

Hylla, penderie partagée

La jeune société se veut « une nouvelle manière de consommer la mode, une alternative économique et durable à la surconsommation du prêt-à-porter ». Le principe est simple, vous vous abonnez à une formule (« box ») : 2 articles pour deux semaine ou 4 articles pour un mois et vous choisissez en ligne les vêtements que vous souhaitez louer.

Le tarif  (compris entre 20 et 39 euros) intègre le transport (aller et retour) ainsi que le pressing. Le service est disponible sur tout le territoire et les lignes de vêtements sont exclusivement féminines.

Tale me, pour les future mamans et les enfants

Pas de meilleure période pour essayer la location de vêtement que pendant une grossesse ! C ‘est le service proposé par Tale me qui l’étend, à juste titre, pour les enfants jusqu’à 6 ans. Le service met en avant une offre de créateurs et un service disponible dans toute l’Europe.

►►► Pour découvrir le dossier « L’écologie s’invite dans les crèches » écoutez le Social Lab de Valère Corréard dimanche à 6h55 dans le 6/9 d’Eric Delvaux.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.