Régionales 2015 : Languedoc Roussillon-Midi-Pyrénées pourrait rester à gauche selon l'enquête d'Ipsos/Sopra Stéria
Régionales 2015 : Languedoc Roussillon-Midi-Pyrénées pourrait rester à gauche selon l'enquête d'Ipsos/Sopra Stéria © Radio France

Ce devait être du velours pour le PS, en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrennées.

Sa tête de liste Carole Delga, l'ex ministre de Manuel Valls parrainée par le sortant Martin Malvy est pourtant bousculée par le FN et Louis Aliot, qui arrivent en tête des intentions de vote, selon une enquête Ipsos / Sopra Stéria pour France Inter et France 2.

"Il faut bien mesurer ce que cela signifie , explique Brice Teinturier, directeur général délégué de l'institut de sondage Ipsos , le Front National, aux Régionales de 2010, obtenait 18%. Aux Départementales et aux Européennes de cette année et de l'an dernier obtenait entre 26 et 27% " :

Au second tour, cependant, le rapport de force est favorable à la gauche. En cas de triangulaire, Carole Delga arrive en tête avec 40% des intentions de vote, grâce à un bon report de vote de la liste EELV/FG. Après les attentats de Paris, le Front National progresse de 2 points en une semaine mais ne paraît pas en mesure de remporter la région. Dominique Reynié totalise 27% des intentions de vote.

"La carte régionale restera donc rose, à condition que les Ecologistes jouent le jeu au second tour" explique

Laurence Peuron, journaliste au service politique de France Inter :

Le FN en tête du premier tour

Dans une région aujourd'hui grande comme l'Autriche peuplée de 6 millions d'habitants, à la fois montagnards, pêcheurs, grands citadins à Montpellier, ingénieurs, sous-traitants d'Airbus ou de l'aérospatiale à Toulouse, dans une Région ancrée à gauche, c’est le FN et sa tête de liste, Louis Aliot qui arrivent en tête des intentions de vote (plus de 30%) au premier tour . Il distance très nettement les listes PS (23%) et LR – UDI - CPNT (21%).

Le PS menacé de tous les côtés

Dominique Reynié pour Les Républicains allié aux centristes fait une campagne maline en affirmant son indépendance vis à vis de Paris et de Nicolas Sarkozy. À gauche, danger encore, le candidat écologiste, l'ancien Eurodéputé Gérard Onesta est parvenu à rassembler Verts, Communistes, partisans de Jean-Luc Mélanchon et citoyens non encartés. Il pèse actuellement 11% dans les sondages. Ajoutez à cela les 5% de Philippe Saurel (« Citoyens du Midi »), le maire de Montpellier exclu du PS. Et là les favoris jouent sur un terrain politique beaucoup moins soyeux.

Les autres listes

Au premier tour, les autres listes totalisent 3,5% ou moins des intentions de vote :

Debout la France de Dupont-Aignan conduite par Damien Lempereur (3,5%)

  • Nouvelle Donne avec Gille Fabre (2%)
  • Lutte Ouvrière avec Sandra Torremocha (1%)
  • « Le bien commun » avec Christophe Cavard (0,5%)
  • Union Populaire Républicaine, avec Yvan Hirimiris (0 ,5%)
  • France Force Sud avec Jean-Claude Martinez (0,5%)

Cette enquête a été réalisée du 19 au 21 novembre auprès de 810 personnes inscrites sur les listes éléctorales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, par internet.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.