Le projet d’école THOT a émergé lors d’actions de terrain en soutien aux réfugiés et demandeurs d’asile qui avaient tous une question : "Où pouvons-nous apprendre le français ?"

Une école de français pour les réfugiés et demandeurs d'asile
Une école de français pour les réfugiés et demandeurs d'asile © Getty / PeopleImages

Thot était un dieu issu de la mythologie égyptienne symbolisant le savoir, en charge des écrits. L’association « THOT » a pour objectif de « transmettre par le langage la possibilité pour les individus de s’épanouir ici, en France », d’après leur site Internet.

Avec des bénévoles, des enseignant professionnels, l’association s’est fixée l’ambition de mener ses « élèves vers l’obtention du DELF pro (attestant de la capacité à interagir en milieu professionnel en fonction du niveau de langue) ».

Cette formation dispensée en quatre mois (160 heures de cours), reconnue par l’État, est destinée en priorité aux personnes n’ayant pas un niveau de diplôme équivalent au baccalauréat quel que soit leur statut (réfugiés, demandeurs d’asile,…).

Grâce au financement participatif, au don, au bénévolat, les frais d’inscription sont de sept euros. Et l’offre est un succès puisque les sessions se remplissent très vite (quelques heures pour la dernière en date), signe - s’il en fallait un - d’une volonté forte d’intégration des personnes accueillies sur notre sol qui ont désormais une école diplômante de français qui veut « transmettre un horizon à tous ».

►►► Pour découvrir le dossier « une école du numérique gratuite, pour tous » écoutez le Social Lab de Valère Corréard dimanche à 6h50 dans le 6/9 de Patricia Martin.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.