Dans une nouvelle série très politique publiée en partenariat avec une maison d'édition française, le scénariste américain Mark Waid aborde la question des armes à feu. Les super héros n'ont ni masques ni capes et sont en lutte contre une société surarmée. Entretien.

Dans "Ignited", l'auteur américain Mark Waid évoque les tueries de masse aux États-Unis.
Dans "Ignited", l'auteur américain Mark Waid évoque les tueries de masse aux États-Unis. © Les Humanoïdes Associés

Utiliser les codes du comics pour évoquer un sujet brûlant de l'actualité : le scénariste américain Mark Waid (connu pour son travail sur les personnages de Flash, Batman, Daredevil) a sorti cette semaine une nouvelle série en partenariat avec la maison d'édition française Les Humanoïdes Associés, qui fait son retour en force 45 ans après le succès de Métal hurlant.

Dans Ignited, il est question des tueries de masse aux États-Unis. Après avoir réchappé à une fusillade dans leur établissement, des lycéens développent des aptitudes de défense hors normes. Ils n'ont ni capes, ni masques, mais sont en lutte contre une société surarmée devenue invivable. La série est un véritable pamphlet contre l'Amérique de Donald Trump

FRANCE INTER – Pourquoi avez-vous choisi de publier cette nouvelle série en France ? Le sujet des armes à feu est-il devenu à ce point sensible que ni Marvel ni DC Comics, avec lesquels vous travaillez habituellement, n’ont voulu s’y risquer? 

MARK WAID : "Il aurait été impossible de traiter le sujet avec de plus grosses maisons d'édition. Elles appartiennent à des groupes internationaux, qui ne peuvent pas se permettre de se mettre des gens à dos, quels qu'ils soient. Alors qu'en France, c'est très différent. 

C'est fou parce qu'on a créé les super-héros justement pour être en phase avec les questions de société. Superman protège la veuve et l'orphelin, Captain America, c'est le patriote. Mais aujourd'hui, il y a tellement d'enjeux financiers que tout le monde a intérêt à tenir une position un peu molle."

On dirait que le boulot des super-héros désormais, c'est de protéger notre mode de vie actuel, que celui-ci soit bon ou mauvais.

Les personnages de votre histoire ne sont pas des super-héros classiques. Ce sont des lycéens qui ont développé des aptitudes de défense plutôt hors norme. Mais dans tous les comics, qui dit super héro dit aussi super méchant. Qui joue ce rôle dans la série ? La National riffle association (NRA), le puissant lobby des armes à feu aux États-Unis ?

"Le méchant, pour moi, c'est la société dans son ensemble. Ce qui est méchant, c'est ce que nous faisons aux opprimés, c'est ce que nous faisons aux écoles en autorisant les armes à feu. Ces lycéens cherchent un moyen de riposter. La question des armes à feu, et de la sécurité en particulier, me tient beaucoup à cœur, et je le dis haut et fort aux États-Unis. Je me fiche d'offenser des mâles blancs suprématistes et la droite dure, je n'ai pas besoin de les avoir comme lecteurs. 

La route est longue, mais au moins, l'un des avantages à avoir un singe raciste à la Maison Blanche, c'est que les gens réalisent vraiment à quel point les choses peuvent devenir horribles. Du coup, davantage de jeunes se bougent et décident de se battre. Ils ont Trump sous les yeux, qui ne fait pas dans la subtilité, qui n'essaie absolument pas de se cacher. Tous les jours, il fait quelque chose de stupide ! Donc oui, je pense que ça va changer. Plus vite en tous cas que ce nous pensons."

La série "Ignited" est sortie en France le 23 octobre.
La série "Ignited" est sortie en France le 23 octobre. / Les Humanoïdes Associés

Vous n’avez pas d’enfant et vous n’avez pas été touché de manière directe par l’une de ces tragédies que vous dénoncez dans le livre. Il y  a néanmoins un élément déclencheur, c’est la fusillade de Parkland, en Floride, qui a fait  17 morts en février 2018. Comment avez-vous travaillé ?  

"On s'est entretenus avec de nombreux survivants de la tuerie. Ce qui m'a frappé, c'est le point commun qui est apparu entre toutes leurs réponses. Ça n'était pas 'il faut éliminer les armes à feu', ou 'faisons-ci ou ça'. Non, là-dessus, les réponses divergeaient. En revanche, tous nous ont dit qu'ils ne voulaient plus être pris au dépourvu, impuissants face au problème. C'est de ça que parle la série. Et si cela peut inciter d'autres gens à ne plus vouloir rester impuissants, alors c'est gagné."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.