En Seine-et-Marne, un collectif de riverains s'oppose à un chantier sylvicole de l'Office Nationale des Forêts. Il est situé dans la forêt des Trois pignons, qui fait partie du domaine de Fontainebleau (classée forêt d'exception). Mise à jour : Le chantier a été suspendu.

Ils demandent que cette "Forêt d’exception" ne devienne un chantier sylvicole permanent
Ils demandent que cette "Forêt d’exception" ne devienne un chantier sylvicole permanent © AFP / Leemage

Du sable, des rochers, des bosses. La forêt des Trois Pignons séduit avant tout par ses paysages bruts. Jacques Laskar, président du collectif citoyen "L'avenir du Vaudoué", est à l'origine de la pétition. : "C'est une forêt qui est très belle. Pas parce qu'elle a des grands arbres, mais parce qu'il y a des rochers un peu partout, qu'il y a des endroits de mousse, des arbres qui sont plutôt rabougris. C'est magnifique par la poésie que ça représente et c'est ça qui attire énormément de gens". 

La pétition, déjà signée par plus de 7 000 personnes, s'oppose au chantier de 120 hectares de l'Office Nationale des Forêts : des larges allées vont être créées pour permettre aux engins d'accéder aux arbres à abattre. "Actuellement, il y a des petits sentiers pédestres sinueux, explique Jacques Laskar. "On va les remplacer par des travées rectilignes de quatre mètres tous les 24 mètres où on coupe tout. Effectivement, on massacre cette forêt." 

Le collectif craint à l'avenir une exploitation intensive de la forêt  

Il s'agit plutôt d'une mesure de protection, argumente de son côté Pierre-Edouard Guillain, directeur de l'agence territoriale de l'ONF pour l’Ile-de-France Est. "_Pour éviter que ces engins, qui viennent chercher les arbres, circulent partout sur la parcelle et abîment les sols, on oblige les engins à circuler sur ces layons (cheminement rectiligne en forêt). On n'est pas en train de réaliser un acte de coupe intensive de la forêt des Trois pignons. On est en train de faire ce qu'on fait sur toutes les autres parcelles en forêt de Fontainebleau et qui, jusqu'à présent, n'a pas été un sujet de discussion majeur". _

Le collectif demande la suspension du chantier afin que des solutions plus douces, comme le débardage à cheval, soient envisagées. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.