Formée à la psychopathologie de l'adolescent, Corinne Grandemange accompagne des victimes d'inceste. Elle publie "La Retenue" aux éditions des Femmes- Antoinette Fouque, livre dans lequel elle raconte son parcours d'enfant victime et met plus particulièrement en lumière l'organisation du silence. Interview.

Corinne Grandemange
Corinne Grandemange © .

Corinne Grandemange a été violée par son oncle, dans une famille où la grand-mère a orchestré le silence autour de cet inceste, afin de protéger son fils coupable. Lorsqu'elle a confié les agissements de son oncle, Corinne Grandemange s'est entendu dire par cette grand-mère : "Tu l'as bien cherché".  Son père, ébahi quand il a appris les faits, a promis "de casser la gueule" à son beau-frère. Mais n'a rien fait, ni dénoncé.  

Aujourd'hui Corinne Grandemange porte aussi un regard plus professionnel (elle est psychopédagogue et conseillère d'éducation en établissement scolaire) sur ce scénario du silence, qui lui semble se répéter presque systématiquement. 

FRANCE INTER : Comment expliquer qu'autant de cas soient révélés aujourd'hui, notamment à travers le mot-clé #MetooInceste ? 

CORINNE GRANDEMANGE : "Si l'on parle aujourd'hui d'inceste plus facilement dans les médias, c'est parce qu'il y a eu des campagnes de sensibilisation sur les violences faites aux femmes. Petit à petit, cela a ouvert la porte. Aujourd'hui, le hashtag #metooinceste sur Twitter a permis de révéler l'importance du phénomène. Finalement, j'ai écrit ce livre, "La Retenue", après de multiples tentatives, parce que j'ai pensé à la solitude dans laquelle se trouvent tous ceux et toutes celles qui dénoncent ces faits."

Pourquoi un parent, quand il apprend que son enfant est victime d'une situation incestueuse, ne commence-t-il pas par s'éloigner de l'agresseur, avec son enfant ? 

CORINNE GRANDEMANGE : "Les choses sont sues, mais sont tues. Les mères, ou les pères, quand ils apprennent que leur enfant est victime de situations incestueuses, continuent de maintenir le silence. Parmi les cas de victimes que j'ai eu à connaître, le parent au courant n'a jamais tenté de s'éloigner, n'a jamais pensé à fuir, avec son enfant victime, cette cellule familiale toxique. Souvent les familles font corps, au profit de l'agresseur, jusque devant le tribunal."

Est-ce que le statut quo qui s'installe dans les familles relève de la même logique que celui qui empêche certaines femmes victimes de violences de s'extraire de leur couple  ? 

CORINNE GRANDEMANGE : "C'est un mécanisme de même nature, ce sont les mêmes ressorts, car partir et dénoncer entraîne trop de conséquences négatives. Les familles, si elles ne sont pas assurées de l'accompagnement que l'extérieur peut leur apporter, font le choix de mettre leurs fragilités de côté, pour sauver l'entité familiale. Bien sûr, il existe des cas où la mère met un terme à la situation, en se séparant d'un beau-père incestueux par exemple, mais ce ne sont pas les cas les plus fréquents. Mais les familles, en majorité, font corps et sacrifient la victime."

"Les familles, si elles ne sont pas assurées de l'accompagnement que l'extérieur peut leur apporter, font le choix de mettre leurs fragilités de côté, pour sauver l'entité familiale".

Il existe déjà des règles, des tribunaux et des sanctions. Malgré tout, ces faits semblent échapper au regard de la société ? 

CORINNE GRANDEMANGE : "Nous sommes dans un système patriarcal, où la vie politique est focalisée sur des figures masculines. Par nature un système comme le nôtre n'est pas prompt à dénoncer et faire tomber ces élites. Mais ça, ça met les familles en danger. C'est une première chose. Deuxième chose, qui concerne toutes les classes sociales, car le phénomène d'inceste ne connait pas les classes sociales : la société, à mon sens, n'apporte pas assez d'accompagnement, de garanties contre ce tabou. Donc je crois qu'il faut sortir de la personnalisation et de la médiatisation de cas particuliers, pour regarder le phénomène avec une vision anthropologique, et passer très vite à la mise en œuvre de solutions pragmatiques."

À quelle type de solutions pensez-vous ? 

CORINNE GRANDEMANGE : "Les membres des familles concernées _s_avent qu'ils ne seront pas accompagnés par l'extérieur. Elles ne sont certaines que de la dévastation et de l'explosion qui suivra la dénonciation du crime. Or il faudrait pouvoir porter plainte, avoir des procès en cour d'assises, disposer d'une politique d'accompagnement des victimes, des complices et des violeurs. L'imprescriptibilité, ça changerait la donne pour les violeurs, car ils sauraient que leurs faits restent gravés au regard de la loi. Dans mon cas particulier, je n'ai pas porté plainte contre mon oncle, car j'ai été mise en garde sur le caractère prescrits des faits, ce qui pourrait faire échouer un procès, et aujourd'hui, le seul recours qui me reste, c'est de me dire que sa conscience le rattrapera, peut-être."

"On pourrait mettre en place la présence beaucoup plus fréquente d'infirmières et de médecins dans les établissements scolaires, former les enseignants, créer des lieux d'accompagnement de la parentalité et proposer des groupes de paroles pour les victimes".

On n'est tout de même pas dans l'impunité ni le vide social complet...

CORINNE GRANDEMANGE : "Pour l'heure, quand une solution est apportée par le corps social, c'est la prise en charge de l'Aide sociale à l'enfance, et la séparation des enfants d'avec leurs parents. Ce n'est pas complètement satisfaisant, cela peut même être dans certains cas d'une grande violence pour les victimes.

On pourrait mettre en place la présence beaucoup plus fréquente d'infirmières et de médecins dans les établissements scolaires, former les enseignants, créer de lieu d'accompagnement de la parentalité et proposer des groupes de paroles pour les victimes.

Il y a urgence à ce que le corps social crée ce terreau bénéfique pour les victimes et les familles. Il n'y a pas de honte à se retrouver impliqué dans un inceste, la responsabilité et la honte doivent revenir aux violeurs. Il faut le courage de parler et celui de faire confiance à la loi, car ça ne peut jamais se régler en interne".