Ce projet avait été condamné par les Etats-Unis lorsqu'il avait été présenté en 2010. Le feu vert israélien a été aussitôt condamné par le négociateur palestinien Saëb Erekat, qui accuse l'Etat hébreu "de poursuivre sa politique d'expansion en sapant un peu plus l'idée d'une solution à deux Etats" dans la région :

Ce sont des initiatives très dangereuses et très inquiétantes. Le gouvernement israélien prouve sa détermination à s'opposer à la volonté de la communauté internationale.

Au lendemain de la reconnaissance implicite à l'Onu d'un Etat palestinien atant statut d'observateur, Israël avait déjà confirmé fin novembre un projet de construction de 3.000 logements pour ses colons en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, déclenchant les protestations de la communauté internationale.

Les précisions à Jérusalem de Grégory Philipps

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.