Malaise général après l'interpellation aux Etats-Unis de Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle, tentative de viol et séquestration. En France, la classe politique est ébranlée: à gauche, on oscille entre prudence et stupéfaction. Discrétion quasi-générale aussi à droite. Sur le plan international, cette affaire met dans une situation très délicate une institution qui avait déjà pardonné à DSK un précédent scandale. Par ricochet, la stabilité de la zone euro est en jeu.

[ Article publié le 15 mai 2001 ]

L'ancien ministre de l'Economie, âgé de 62 ans, a été arrêté samedi soir à l'aéroport JFK de New York et placé en garde à vue à la suite d'une plainte déposée par une femme de chambre d'un grand hôtel du quartier de Times Square.

Il doit être présenté à un juge en fin de journée. Selon son avocat, DSK nie tous les faits qui lui sont reprochés et va plaider non coupable.

Le rappel des faits, avec Aurélien Colly à New York

1 min

DSK: rappel des faits

L'analyse du sociologue Jean Viard

42 sec

DSK : analyse de Jean Viard

Partager

La gauche, sonnée

Favori des sondages pour l'investiture du PS à l'élection présidentielle de 2012, Dominique Strauss-Kahn n'avait pas encore fait acte de candidature à la primaire socialiste qui se déroulera en octobre (le dépôt des candidatures est prévu entre le 28 juin et le 9 juillet). Mais ce contre-temps déjoue tous les scénarios. Et si à gauche, on met en garde contre toute conclusion hâtive et contre une éventuelle manipulation, nul ne va jusqu'à affirmer que cette inculpation n'aurait aucune conséquence sur les ambitions présidentielles de DSK, même s'il était blanchi.

La Première secrétaire du PS, Martine Aubry, se dit "stupéfaite"

37 sec

DSK : réaction Martine Aubry

Partager

Ségolène Royal juge "indécent de commenter les conséquences" de cette nouvelle

1 min

DSK : réaction Royal

Partager

François Hollande rappelle le droit à la présomption d'innocence

46 sec

DSK : réaction Hollande

Le biographe de DSK, Michel Taubman, ne croit pas à cette histoire

35 sec

DSK : réaction biographe

Partager

Commentaires sévères à droite

A droite, si la prudence est également de mise, on sonne à l'unisson le glas de la carrière politique du principal rival de Nicolas Sarkozy pour 2012. Pour l'instant, l'Elysée s'est toutefois refusée à tout commentaire. Depuis quelques semaines, Dominique Strauss-Kahn était la cible de vives attaques de la part de la majorité sur son train de vie et son patrimoine familial.

Le porte-parole du gouvernement, François Baroin, se montre très prudent

36 sec

DSK : réaction Baroin

Partager

Selon le député UMP de Paris Bernard Debré, c'est une "humiliation pour la France"

1 min

DSK : réaction Debré

Partager

Marine Le Pen, présidente du Front national, estime que DSK est "disqualifié"

58 sec

DSK : réaction M. Le Pen

Partager

Onde de choc internationale

Mauvais timing aussi pour le Fonds monétaire international et pour la zone euro. Les déboires judiciaires du directeur général du FMI risquent de compliquer les efforts pour régler la crise de la dette en Europe et notamment pour discuter d'une nouvelle aide à la Grèce, dossiers dans lesquels il s'était particulièrement investi.Les explications de Bruce de Galzain

52 sec

DSK : onde de choc zone euro et fmi (15/05)

Partager

Dominique Strauss-Kahn devait participer lundi à Bruxelles à une importante réunion des ministres des Finances de la zone euro, après une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel. Sa mise en examen rend non seulement improbable son déplacement en Europe, mais fait aussi peser une menace sur son avenir à la tête d'une institution qui fait office de pompier financier mondial.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.