Ils ont été interprètes pour la plupart, ont travaillé pour l'armée française en Afghanistan pendant plusieurs années et ... seront finalement accueillis en France prochainement. 160 à 170 personnes au total, c'est quasiment le double qu'initialement prévu par François Hollande.

Ces Afghans, dont la sécurité est menacée depuis le départ des troupes françaises, seront accueillis avec leurs familles.

Ecoutez cet Afghan, traducteur pendant deux ans pour l'armée française

Avant leur départ d'Afghanistan, les chefs militaires français ont ainsi reçu individuellement les candidat à l'expatriation pour des entretiens de motivation. Les menaces sur leur sécurité et leur capacité à s'intégrer en France ont fait partie des critères particulièrement étudiés. Seule une infime partie des Afghans qui ont travaillé pendant onze ans pour l'armée française pourront bénéficier de visas.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.