Les relations entre Nicolas Sarkozy et les syndicats n'étaient déjà pas au beau fixe après sa dénonciation des "corps intermédiaires". La décision du candidat-président d'organiser une fête du travail, pour les VRAIS travailleurs le 1er mai prochain à Paris ne va rien arranger. Nadine Prigent, secrétaire confédérale de la CGT

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.