L'Europe va prêter à la Grèce plus de la moitié des 237 milliards d'euros dont elle a besoin (le reste étant des créances annulées par les banques). Un somme dont les intérêts vont enrichir les prêteurs.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.