Après avoir cherché à échapper aux regards pendant plus de deux mois, la femme de chambre qui accuse Dominique Strauss-Kahn de l'avoir violée, a décidé de prendre l'opinion à témoin pour laver son honneur. Mais cette stratégie de communication pourrait être à double tranchant....

[ Dernière mise à jour : 29/07/11, 09h40 ]

Nafissatou Diallo passe à l'offensive médiatique : elle s'est exprimée le 25 juillet pour la première fois publiquement dans les médias américains, dans le magazine Newsweek et sur la chaîne de télévision ABC. Après 10 semaines de mutisme, cette apparition surprise vise principalement à maintenir la pression sur les services du procureur de New York pour que les charges ne soient pas abandonnées.

Lien direct ou pas, l'accusation joue la montre : les services de Cyrus Vance ont demandé le 26 juillet un nouveau report pour la prochaine audience de DSK devant la justice américaine, initialement prévue le 18 juillet puis reportée au 1er août. Les avocats de l'ancien patron du FMI ont annoncé avoir accepté un report au 23 août de cette nouvelle comparution devant le juge Obus, tout en espérant obtenir un non-lieu.

Cette tentative de prendre l'opinion publique à témoin pourrait cependant se retourner contre la plaignante. Les avocats de la défense ont déjà vigoureusement condamné cette "campagne médiatique" et il est probable que le procureur Cyrus Vance n'apprécie guère que son seul témoin à charge s'exprime avant le procès.

Le décryptage de Fabienne Sintes, à Washington (25/07/11)

Partager

Il a d'ailleurs convoqué Nafissatou Diallo et son avocat le 27 juillet dans son bureau, pour les besoins de l'enquête. Pendant plus de sept heures, la femme de chambre a été interrogée sur ses différentes déclarations et notamment sur la fameuse conversation téléphonique qu'elle a eue avec un trafiquant de drogue emprisonné en Arizona.

Les précisions de Richard Place (28/07/11)

Partager

Et la campagne médiatique de la jeune Guinéenne ne s'arrête pas là : au lendemain de cette convocation, son avocat a organisé une conférence de presse dans une église de la communauté afro-américaine de Brooklyn. Nafissatou Diallo y a été présentée comme une mère courage, désireuse de se battre "pour toutes les femmes du monde".

Le reportage de Fabienne Sintes (29/07/11)

Partager

Reste que ses motivations demeurent floues. Son avocat Kenneth Thompson a assuré que sa cliente n'était pas à la recherche d'argent dans cette affaire, mais il a promis qu'elle engagerait des poursuites au civil pour demander des dommages et intérêts.

De son côté, Matthew Galluzzo, ancien procureur au sein de l'unité des crimes sexuels de Manhattan, va plus loin, émettant de sérieux doutes :

Le fait d'avoir besoin de faire ce genre de choses tend à indiquer qu'il ne s'est rien passé. S'il s'était effectivement passé quelque chose, (elle) n'aurait pas besoin de faire tout cela.

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.