envoi de nouvelles troupes en centrafrique de la part de pays d'afrique centrale
envoi de nouvelles troupes en centrafrique de la part de pays d'afrique centrale © reuters

La capitale centraficaine, Bangui, est tombée aux mains des rebelles du Séléka, les insurgés ont pris le contrôle du palais présidentiel. Le chef de l'Etat, François Bozizé serait en fuite en République démocratique du Congo.

De violents combats ont éclaté dimanche matin à Bangui. Les insurgés accusent le président François Bozizé de ne pas avoir respecté un accord de paix conclu en janvier prévoyant leur intégration dans l'armée.

Quelques 350 soldats français ont été envoyés en renfort à Bangui depuis Libreville pour assurer la protection des ressortissants français et étrangers présents en Centrafrique. Les Français qui vivent sur place sont invités à rester chez eux.

Les derniers événements avec Cyril Bensimon

Arrivé au pouvoir par les armes en 2003, le président Bozizé avait été élu président en 2005 et réélu en 2011 au terme d'un scrutin très critiqué par l'opposition qui avait crié à la "mascarade".

Les rebelles "sont au centre-ville, où se trouve le palais présidentiel. Il y a beaucoup de coups de feu autour du palais et aussi où nous sommes", a déclaré l'employé d'un hôtel situé à 300 mètres de l'édifice.

Ecoutez le reportage de Cyril Bensimon

Hier soir, Bangui etait plongée dans le noir, faute d'electricité et l'armée Française a déployé une compagnie sur l'aeroport de Bangui . Paris invite d'ailleurs ses ressortissants à rester chez eux, mais pas d'évacuation prévue pour le moment pour le près de 1500 expatriés vivent à Bangui.

Ecoutez l'analyse d'Antoine Glaser, journaliste spécialiste de l'Afrique

.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.