PARIS (Reuters) - Deux fois plus de vols que prévu ont été supprimés mardi à l'aéroport d'Orly, près de Paris, en raison d'une grève des contrôleurs aériens, a-t-on appris auprès d'Aéroports de Paris (ADP).

Au vu du nombre de grévistes, la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé à la mi-journée aux compagnies aériennes de supprimer 20% de vols en plus à Orly, portant à 40% le nombre d'annulations, a précisé une porte-parole d'ADP à Reuters.

Sur les 650 vols programmés, 260 ont été annulés. Le trafic est en revanche normal à Roissy-Charles-de-Gaulle.

D'importantes perturbations ont également affecté les aéroports de province, dont certains ont dû être fermés, comme celui de Pau.

A l'aéroport de Lyon, le trafic a été plus perturbé que prévu mardi avec 48 annulations, soit 13% du programme. Sept pour cent des vols enregistraient des retards d'une trentaine de minutes, à l'arrivée comme au départ. A l'aéroport de Nantes-Atlantique, sur les 134 vols programmés ce jour, 14 ont été annulés dans la matinée de mardi, soit 10,45% du trafic.

Annulations et retards étaient également signalés à Toulouse-Blagnac, Bordeaux-Mérignac, Nice, Marseille, Montpellier, Metz-Nancy et Lille-Lesquin.

La CGT, le SPAC-CFDT et l'Unsa ont déposé un préavis de grève pour lundi et mardi afin de protester contre un plan de restructuration des services de contrôle aérien en province et la diminution des effectifs.

Le trafic reviendra à la normale mercredi.

Sophie Louet, avec Catherine Lagrange à Lyon et Guillaume Frouin à Nantes, édité par Patrick Vignal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.