Françoise larribe, la femme d'un des otages d'Acqmi et des deux filles
Françoise larribe, la femme d'un des otages d'Acqmi et des deux filles © Radio France

Des proches de quatre otages français détenus depuis deux ans et demi au Sahel ont organisé des rassemblements samedi à Paris et dans des villes de province pour réclamer leur retour et exprimer leur inquiétude accrue depuis l'intervention au Mali.

Arborant des tee-shirts de soutien à Marc Féret, Pierre Legrand, Thierry Dol et Daniel Larribe, une centaine de personnes se sont réunies place du Trocadero à Paris pour demander que tout soit mis en oeuvre pour les libérer. Les participants ont déclaré :

900 jours, ça suffit, il est temps qu'ils reviennent.

"C'est injuste. Ils y allaient pour travailler et ont été pris dans une situation qui les dépasse. On est dans l'angoisse et le flou total", a déclaré Marion, la fiancée de Pierre Legrand.

Marion au micro d'Anne-Laure Chouin

Des rassemblements similaires ont eu lieu à Nantes, Nîmes et Marseille. Les quatre otages ont été enlevés le 16 septembre 2010 par Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans le nord du Niger, à Arlit, un site d'extraction d'uranium. Au total, 15 français sont actuellement détenus au Sahel.

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a affirmé le 4 mars que tout laissait penser que les otages étaient en vie. Le même jour, certaines familles des otages avaient demandéaux autorités françaises de faire montre d'une volonté de négocier et d'opérer une pause dans les combats.

Leur inquiétude avait été renforcée par la mort présumée d'un ou plusieurs chefs islamistes dans les combats au Nord-Mali, dans la zone où certains otages pourraient être détenus.

Lien Image Mali Otages
Lien Image Mali Otages © Radio France
Mots-clés :

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.