La priorité sont désormais de rétablir les communications et l'alimentation en eau douce.

La Croix-Rouge sur l'île de Saint-Martin
La Croix-Rouge sur l'île de Saint-Martin © AFP / Hélène Valenzuela

Après Irma, José a frôlé les îles de Saint Barthélémy et Saint Martin. Désormais, les secours vont pouvoir se redéployer. Pour face aux pillages, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé à l'issue d'une réunion de crise, que 240 gendarmes supplémentaires allaient être acheminés en plus des 500 forces de l'ordre sur place.

Les îles sont dévastées. Il y a tout à faire. La menace de José écartée, les gros moyens vont être déployés.

L'aide va pouvoir reprendre par voie aérienne et maritime. Le ballet des hélicoptères et avions civils réquisitionnés va s'intensifier avec l'arrivée de nouveaux appareils. Le plus imposant, l'A400M, avion gros porteur militaire, s'est posé à Fort de France en attendant le passage de José. Il atterrira dès que possible à Saint-Martin pour décharger un nouvel hélicoptère Puma, carburant, vivres et matériels. La priorité est de rétablir au plus vite les communications pour les secours mais aussi internet et le téléphone pour les habitants.

Des effectifs de sécurité "doublés"

Plus de 1.000 personnes sont immédiatement intervenues sur site, après le passage d'Irma mardi et avant celui de José dans la nuit de samedi à dimanche. Parmi eux : 410 gendarmes, 80 policiers et 550 sapeur-pompiers et militaires de la sécurité civile.

Dimanche, 240 gendarmes mobiles, 30 hommes du GIGN, 15 du GIPN et 380 militaires supplémentaires étaient en "cours d'acheminement", a indiqué le gouvernement sur son compte Twitter. Des légionnaires venus de Guyane doivent aussi participer aux opérations.

Priorité est donnée également à l'eau et l'électricité : un bateau citerne va appareiller en attendant une usine de dessalement de l'eau de mer car il n'y a pas d'eau douce à St Barth et St Martin.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a signalé que "Nous avons un million de litres d'eau. Le problème n'est pas de l'avoir, mais de la distribuer".

Veolia, qui gère la production d'eau potable sur les deux îles, a dit réfléchir à installer une station mobile de dessalement d'eau de mer. Les trois usines qui assurent en temps normal l'approvisionnement en eau ont été mises hors service par l'ouragan. Le groupe a estimé qu'il faudrait "plusieurs mois" avant un retour à la normale.

Le reportage de Yann Gallic auprès d'habitants qui commencent à manquer d'eau potable

Un avion partira dans les prochains jours avec des groupes électrogènes pour les centrales électriques. Tout cela prendra du temps, beaucoup de temps.Un navire militaire doit partir de Toulon avec du matériel et surtout 200 militaires du génie. Leur arrivée est prévue dans 10 à 15 jours. On entamera alors après l'urgence, la phase de déblaiement et de reconstruction.

Une soixantaine de groupes électrogènes doivent parvenir à Saint-Martin et Saint-Barthélemy où EDF a rétabli jusqu'alors "une électricité d'urgence".

Sur le plan sanitaire, l'hôpital de Saint-Martin, endommagé par Irma, est nouveau fonctionnel , selon Gérard Collomb.

L'un des "enjeux" est aussi d'"acheminer rapidement des médicaments indispensables", comme l'insuline pour les diabétiques ou le sérum antitétanique, a expliqué le Premier ministre. L'acheminement devait reprendre, au départ de la Guadeloupe. Sur les 11 pharmacies de l'île, 8 ont été détruites, les autres pillées.

3.000 rations alimentaires ont été distribuées et "100.000 le seront" dans les jours qui viennent, a indiqué le directeur général de la sécurité civile et de la gestion des crises Jacques Witkowski.

La sécurité est la deuxième priorité, a-t-il ajouté, en faisant état "d'un certain nombre de pillages".

Une radio d'urgence

Radio-France a annoncé que la radio "Urgence Info Iles du Nord" a commencé à émettre dimanche sur l'île de Saint-Martin, dévastée par l'ouragan Irma, pour diffuser des informations pratiques et des points météo en plus des journaux d'information et de la musique. La radio, qui a commencé à émettre peut être écoutée sur la bande FM sur la fréquence 91.1 et sur internet www.franceinfo.fr). Elle devrait également émettre sur Saint-Barthélemy dès qu'un émetteur aura pu être rétabli sur cette île. Points sur la météo, la sécurité, la distribution des rations alimentaires et de l'eau, l'état des réseaux, les transports et les messages sanitaires, seront régulièrement diffusés, a expliqué Radio France grâce à des équipes de franceinfo à Paris et aux envoyés spéciaux sur place. "Urgence Info Iles du Nord" va émettre 24 heures sur 24. Les habitants de Saint-Barthélemy devront attendre encore un peu pour y avoir accès, l'émetteur de cette île n'étant pas encore réparé, a expliqué Radio France.

Le reportage de Thibault Lefèvre

Reconstruire les maisons

il va falloir se mettre à reconstruire.

Aprés le passage d'Irma il est encore trop tôt pour faire un bilan économique notamment à Saint Barth, le Monaco des Caraïbes avec ses richissimes propriétaires de résidences secondaires. L'heure est plutôt à la reconstruction. L'urgence est d'acheminer les matériaux, et de mettre les gens à l'abri.

Patrick Coulombel, cofondateur de la fondation Architectes de l'urgence (joint par Delphine Simon )

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.