Dans Tripoli qui reprend peu à peu une vie normale, le nombre incroyable d'armes de guerre, souvent confiées à des personnes inexpérimentées, commence à inquiéter. Il faudra pouvoir les récupérer

Vanessa Descouraux

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.