Le gouvernement a annoncé mercredi l’abandon de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes. Un renoncement qui pourrait coûter cher à l’Etat en indemnisations pour Vinci, le concessionnaire choisi il y a sept ans pour ce projet. Sauf si les deux parties parviennent à négocier.

L'indemnisation pour le concessionnaire Vinci pourrait s'élever à 350 millions d'euros
L'indemnisation pour le concessionnaire Vinci pourrait s'élever à 350 millions d'euros © AFP / LOIC VENANCE / AFP

L'abandon de l’aéroport de Notre-Dame des Landes, annoncé mercredi par le gouvernement, est aussi une affaire de gros sous. Car il pose une question : l’Etat va-t-il devoir indemniser Vinci ? Le groupe de BTP avait en effet remporté l'appel d'offres en 2010 pour la construction et l'exploitation de l’aéroport. Et selon le dernier rapport d’expertise commandé par le gouvernement, la résiliation du contrat entraînerait une indemnisation jusqu’à 350 millions d’euros pour le groupe Vinci.

Pourtant, pour l’instant, le groupe de BTP ne semble pas vouloir entamer un bras de fer avec le gouvernement. Après l’annonce d’abandon du projet mercredi, un communiqué lapidaire assurait que "plus que jamais, Vinci se tient à la disposition de l'état". En réalité, les deux parties ont tout intérêt à négocier.

Vinci, partenaire incontournable de l'Etat

Car Vinci ne peut pas ignorer les potentielles failles dans ce contrat de concession. "Cela dépend de plusieurs conditions notamment si la résiliation du contrat résulte d’un motif de force majeure ou de l’intérêt général" explique Michel Badré, l’un des auteurs du dernier rapport d’expertise remis au gouvernement. "Il y a des débats juridiques sur l’application de cette clause" résume-t-il.

Par ailleurs, le groupe de BTP est un partenaire incontournable de l’Etat. Vinci a déjà racheté l'aéroport de Lyon et est candidat dans la cadre d'une éventuelle privatisation d'Aéroport de Paris. Et surtout, le deal passé avec l'Etat en 2010 sur Notre-Dame-des-Landes pourrait également remettre en cause l'exploitation du très rentable aéroport de Nantes-Atlantique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.