Le Conseil Constitutionnel a abrogé aujourd'hui la loi sur le harcèlement sexuel, l'ayant jugée trop floue. Plusieurs associations de défense des féministes estiment dangereux ce vide juridique comme l'explique Catherine Lemagueresse, juriste.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.